Les réactions nucléaires sont à prendre aux sérieux. Voici 10 cauchemars nucléaires survenus au cours du dernier siècle.

Hiroshima bombe nucléaire

Crédit photo: Getty

Hiroshima et Nagasaki

Le 6 août 1945, les États-Unis larguent une première bombe atomique sur Hiroshima. L’explosion détruit la ville à 92 % et 150 000 des 350 000 habitants meurent de brûlures causées par l'irradiation ou de blessures. Trois jours plus tard, une deuxième bombe encore plus puissante explose au-dessus de Nagasaki détruisant 30 % des bâtiments et faisant 70 000 morts. L'utilisation de l'arme nucléaire par les Américains a mis fin à la guerre, mais soulève la controverse. Jusqu’à maintenant, ce sont les seuls bombardements nucléaires à avoir eu lieu.

Tchernobyl, nucléaire

Crédit photo: Getty

Tchernobyl

Le 26 avril 1986, à la suite d’une erreur humaine, le réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl en Ukraine explose. Il s’agit le plus grave accident nucléaire de l'histoire. Il est classé 7 sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) qui compte 7 niveaux. La catastrophe a provoqué des dizaines de milliers de morts.

Fukushima

Crédit photo: Getty

Fukushima

Le 11 mars 2011, un grave accident nucléaire se produit à la centrale de Fukushima-Daiichi au Japon. Il est provoqué par le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon, mais aussi par la réticence du gouvernement japonais à adopter les normes de sécurités internationales. Un accident nucléaire d'abord reconnu de niveau 5 puis relevé à 7 sur l'échelle INES. Ce niveau signifie un rejet majeur de matières radioactives ayant des effets importants sur la santé et l'environnement.

Kyshtym

Crédit photo: Getty

Kyshtym

Le 29 septembre 1957, un grave accident nucléaire se produit au complexe nucléaire Maïak. Les retombées radioactives provoquent une contamination à long terme sur une superficie de 800 km2. Considérée comme de niveau 6 sur l'échelle internationale des événements nucléaires, la catastrophe de Kychtym en Russie a fait environ 200 morts. Malgré la gravité et les lourdes conséquences sur les vies humaines et l’environnement, le gouvernement décide de garder cette histoire secrète pendant 30 ans.

Goiania

Crédit photo: Brazilian Nuclear Energy Commission

Goiania

En septembre 1987 à Goiânia au Brésil, une petite fille assise sur le plancher de sa maison joue avec de la poudre d’un bleu éclatant. Il s’agit de césium-137, une substance hautement radioactive. Son père, propriétaire d’un dépotoir s’était procuré la substance mortelle de deux hommes qui arrivaient d’un bâtiment médical abandonné à la recherche de ferraille. Le propriétaire du dépotoir, sa femme, sa fille et deux de ses employés ont trouvé la mort après avoir manipulé la substance. Plus de 45 autres personnes ont ressenti des malaises après avoir été en contact avec la poudre radioactive.

3 Mile Island

Crédit photo: Domaine public

Three Mile Island

Le 28 mars 1979 près de Harrisburg, dans l'État de Pennsylvanie aux États-Unis, se produit un accident dans la centrale nucléaire de Three Mile Island. Ce jour-là, le cœur du réacteur numéro deux de la centrale a en partie fondu amenant le relâchement dans l'environnement de gaz radioactif krypton-851. Cet accident est classé au niveau 5 de l'échelle internationale des événements nucléaires.

Chalk River

Crédit photo: PC

Chalk River

La centrale nucléaire de Chalk River en Ontario fabrique des éléments radioactifs utilisés en médecine nucléaire tels les isotopes médicaux. En 1952, le réacteur NRX subit une perte partielle de liquide de refroidissement. Cet accident est de niveau 5 sur l’échelle internationale des événements nucléaires. En 1958, un deuxième accident provient d’une rupture de carburant et d’un incendie dans le bâtiment du réacteur NRU.  

Tokai-Mura

Crédit photo: www.time.com

Tokai-Mura

Le 30 septembre 1999, un accident nucléaire de niveau 4 sur l’échelle internationale des événements nucléaires se produit au nord-est de Tokyo au Japon. Cette catastrophe est attribuable à trois travailleurs d’une usine de traitement de l’uranium ayant mal mélangé une solution d’uranium. Un premier pic très fort se traduit par un flash bleu. La réaction est contrôlée au bout d’une vingtaine d'heures grâce à l'injection de bore. Dans la foulée, 439 personnes ont été irradiées. Il n'y avait pas de dispositif de mesure de la radioactivité ni dans l'atelier ni à la limite du site.

Saint-Laurent-Orleans

Crédit photo: Reuters

Saint-Laurent-des-Eaux

Après un premier incident le 17 octobre 1969, le sort s'acharne à nouveau sur la centrale de Saint-Laurent, onze ans plus tard, le 13 mars 1980. « À 17 h 40, les alarmes se déclenchent. Une nouvelle fusion se produit, cette fois sur le réacteur nº 2. Un morceau de taule vient d'obstruer une partie du circuit de refroidissement. La température fait un bond, ce qui provoque la fusion de plus de 20 kilos d'uranium et entraîne l'arrêt d'urgence du réacteur », relate le journal Le Point. L’événement est de niveau 4 sur l’échelle internationale des événements nucléaires.

Baneberry

Crédit photo: Getty

Baneberry

Parmi les nombreux essais d'armes nucléaires menés à Yucca Flat dans le Nevada, cette explosion de 1970 a été la plus catastrophique. Même si l'ogive a été enterrée à 900 mètres sous terre, cela n’a pas empêché une explosion d’iode-131 de se produire. Peu de temps après, il est tombé une neige radioactive dans le nord de la Californie.

Commentaires