Retour

Une chef d'État va devenir mère pendant son mandat

Jacinda Ardern

C'est la première fois en 28 ans qu'une femme à la tête d'un pays donnera naissance, un événement qui devrait devenir de plus en plus courant avec la féminisation des postes politiques.

Qu’on pense à Angela Merkel en Allemagne, à Theresa May au Royaume-Uni ou à Michelle Bachelet au Chili, les femmes sont de plus en plus nombreuses à diriger une puissance mondiale. Malgré leurs responsabilités, les femmes de pouvoir n'en négligent pas pour autant leur désir de maternité. Pour preuve, Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise élue depuis trois mois, vient d’annoncer qu’elle attend son premier enfant.

Cette annonce est une première depuis 1990, alors que Benazir Bhutto, la première ministre du Pakistan, donnait naissance à son deuxième enfant lors de son mandat.

Mais avec la féminisation du corps politique, ce type d’événement deviendra de plus en plus fréquent. Et hors de question pour ces chefs d’État de choisir entre la vie politique et la maternité : « Cette année, nous allons rejoindre les nombreux parents qui coiffent deux chapeaux, a tweeté Jacinda Ardern. Je serai première ministre et maman, tandis que Clarke [son compagnon] sera le premier monsieur de la pêche à la ligne et papa au foyer. »

La première ministre néo-zélandaise compte d’ailleurs profiter de six semaines de congé de maternité après la naissance. Elle restera toutefois joignable à tout moment.