Retour

De durs lendemains : la nuit des longs couteaux à Ottawa

Le lendemain de la nuit des longs couteaux

Dans la nuit du 4 novembre 1981, le premier ministre Pierre Eliott Trudeau et le procureur général Jean Chrétien négocient une entente constitutionnelle avec les premiers ministres des provinces canadiennes en excluant le premier ministre québécois René Lévesque qui dormait dans un autre hôtel à Hull. 

Cet événement qui est encore lourd de conséquences aujourd’hui a été surnommé la « nuit des longs couteaux » en référence à une expression désignant une série de purges contre les opposants du parti nazi allemand à la fin du mois de juin 1934. Le lendemain matin, en apprenant qu’un accord avait été conclu sans sa présence, René Lévesque refusa de signer et quitta la table de négociation. Depuis, aucun des premiers ministres du Québec, tous partis confondus, n’a signé la Constitution rapatriée de la Grande-Bretagne en 1982. Du côté anglophone l’événement est appelé « l’accord de la cuisine » parce que la discussion a commencé dans la cuisine du Château Laurier. L’écart entre les deux expressions d’une nuit criminelle à un accord de cuisine démontre bien la perception des deux solitudes canadiennes.

Pour en savoir plus sur les coulisses des négociations du rapatriement de la Constitution, je vous suggère de lire l’excellent ouvrage de Frédéric Bastien, la Bataille de Londres.

On trouve des images d’archives de la réaction de René Lévesque sur Youtube :

Commentaires