Le 25 avril 1940, après plus de 30 ans de lutte, les Québécoises obtenaient enfin le droit de vote. Dans une société encore très encadrée par l’Église catholique, principale adversaire au projet de vote des femmes, le Québec fut la dernière province canadienne à octroyer le droit de vote aux femmes. Il aura fallu beaucoup de patience et de détermination aux Marie Gérin-Lajoie, Thérèse Casgrain et Idola Saint-Jean et à toutes les suffragettes qui se sont battues à leur côté.

Ce n’est certainement pas Maurice Duplessis qui aurait donné le droit de vote aux femmes. Les Québécoises le doivent plutôt à Adélard Godbout qui a prêté l’oreille aux revendications de Thérèse Casgrain. En 1939, des femmes du Club des femmes libérales ont œuvré sur sa campagne contre une promesse électorale pour le droit de vote féminin. Chose promise, chose due, une fois élu, Adélard Godbout menace même de démissionner pour faire taire l’opposition du clergé et passer le projet de loi 18.

Malheureusement, la politique est parfois très ingrate. Le gouvernement Godbout sera défait aux prochaines élections d’août 1944 alors que les Québécoises votaient pour le première fois.

Pour en savoir plus, voici un documentaire retraçant le long chemin vers l'obtention du droit de vote féminin :

Plus d'articles

Commentaires