Des superstitions, tout le monde en a. Que ce soit de porter nos bobettes chanceuses lors d’une entrevue importante ou ne jamais ouvrir un parapluie à l’intérieur, on croit tous en quelque chose, aussi anodine qu’elle puisse être. Toutefois, certaines personnes croient très sérieusement à certaines superstitions, jusqu’à en faire une phobie maladive.

 

La paraskevidékatriaphobie quoi ?!

Ce mot long à n’en plus finir est le nom qu’on donne à la phobie reliée au vendredi 13. L’étymologie de ce terme vient de trois mots grecs « Paraskevi » qui signifie « vendredi », « dekatreis » qui signifie « treize » et « phobos » qui signifie « peur ». Les gens qui ont cette phobie évitent donc de voyager, d’aller à certains endroits et parfois même de sortir de chez eux. Quelques personnes connues comme Stephen King, Napoléon et Henry Ford sont victimes de ce phénomène. Par exemple, vous ne trouverez aucune 13e page aux romans de King. De nombreux autres individus ont la paraskevidékatriaphobie.

 

D’où viennent ces croyances en lien avec le vendredi 13 ?

Il faut remonter loin dans l’histoire de l’humanité pour découvrir l’origine ces croyances, car elles perdurent depuis très longtemps. En effet, les deux événements au fondement des superstitions en lien avec le vendredi 13 datent du temps de Jésus et d’Adam et Ève. Selon la religion chrétienne, lors du dernier repas de Jésus, celui-ci avait invité ses 12 apôtres à table. Le 13e invité, Judas, aurait trahi Jésus. C’est aussi pour cette raison qu’il serait malchanceux d’être 13 personnes à table. L’autre événement à l’origine de cette croyance serait en fait qu’Adam et Ève auraient croqué dans la pomme interdite un vendredi. 
D’autres événements ont toutefois joué un rôle dans l’amplification de ce phénomène. Par exemple, le roi de France a fait arrêter les dirigeants des templiers afin de les torturer et de les exécuter publiquement lors d’un vendredi 13 de l’an 1307. Il y a aussi un lien avec la déesse de l’amour et de la fertilité, Frigga, qui était présente à l’époque de la mythologie nordique. Elle était célébrée le vendredi, qui serait à l’origine du terme anglais « Friday ». Lors d’un vendredi, elle est devenue une sorcière. La religion chrétienne l’a donc bannie et, pour se venger, elle serait venue hanter et jeter de mauvais sorts aux hommes le vendredi, en compagnie du diable et de ses 11 sorcières. 
Du côté des Grecs et des Romains, le chiffre 13 est un symbole de malheur, car il possède une unité de plus que le chiffre 12 qui est, pour eux, le chiffre parfait. En effet, il y a 12 mois dans une année, on retrouve 12 constellations et signes du zodiaque, il y a les 12 travaux d’Hercule, Jésus possédait 12 apôtres, il y a 12 dieux de l’Olympe, 12 heures le jour et 12 heures la nuit dans une journée. En ce qui concerne le vendredi, il est synonyme de malheur, car c’était le jour de la semaine où les condamnés à mort étaient exécutés. 
Selon le psychanalyste et mathématicien André Bonaly, nos croyances seraient surtout dues à un besoin que nous avons de cristalliser nos peurs sur un symbole afin d’avoir certains repères culturels. Les humains vont souvent utiliser les chiffres à cet effet. Par exemple, le 7 serait un chiffre chanceux et, quant au 666, il serait le chiffre du diable. 

 

Pourtant, cette date n’est plus vraiment associée à la religion...

Malgré l’origine religieuse de ces croyances, elles se sont toutefois répandues à la culture occidentale et le lien avec la religion s’est alors dissipé. Par exemple, de nombreux films d’horreur ont été réalisés en lien avec cette fameuse date, notamment la saga « Vendredi 13 » qui comprend 12 films (mais quand sortira le 13e ?!) dont le premier est paru en 1980 et le dernier en 2009. Cette série de films met en scène le fameux tueur masqué Jason Voorhees. Certains vont même jusqu’à rendre cette journée spéciale en faisant des activités à thématique épeurante. 

 

Quelques chiffres intéressants en lien avec le vendredi 13

Plusieurs mathématiciens se sont penchés sur la question du vendredi 13. D’après leurs calculs faits selon le calendrier grégorien adopté par la société occidentale depuis 1582, le 13 du mois tomberait un peu plus souvent sur un vendredi que n’importe quelle autre date du mois. Il y a toujours au moins un vendredi 13 par année, plus souvent deux et plus rarement 3. L’écart entre chaque vendredi 13 varie selon des intervalles précis soit 27, 90, 181, 244, 272, 335 ou 426 jours. 

 

Comment contrer cette malchance ?

D’autres superstitions en lien avec la chance peuvent aider certaines personnes à contrer les malheurs du vendredi 13. Par exemple, vous pouvez aller à la cueillette de trèfles à quatre feuilles, transporter un fer à cheval ou encore une coccinelle, faire brûler de l’encens à la sauge, jeter du sel dans les racoins de l’appartement, sortir de votre lit du côté droit, porter des vêtements rouges, ne pas porter de sous-vêtements verts, ne pas faire de ménage... et bien plus encore ! 

 

Un vendredi 13 chanceux ?

Vous connaissez peut-être une personne ayant gagné un gros lot lors d’un vendredi 13, car c’est effectivement arrivé. Étonnamment, le nombre de personnes jouant à la loterie augmente d’une manière fulgurante les vendredis 13. Quoique cette date est souvent liée à la malchance pour certains, elle est plutôt chanceuse pour d’autres. En effet, il paraîtrait que le vendredi 13 est favorable aux gains d’argent. De plus, dans les cultures asiatiques comme la culture chinoise et japonaise, le chiffre 13 symbolise la vie et c’est plutôt le chiffre 4 qui symbolise la mort. 
Espérons que le chiffre 13 soit chanceux, du moins pour toutes les personnes nées un vendredi 13. Plusieurs célébrités sont nées en cette journée maudite et ça n’a pas l’air d’avoir eu d’impact négatif sur leur succès. Il faut croire que ces peurs et superstitions sont peut-être plutôt le fruit de notre imagination. 


Vous aimerez aussi