On les surnomme « hobbits » en raison de leur petite taille, qui dépasse à peine un mètre. Et depuis la première découverte d’ossements de ces hommes préhistoriques sur l’île indonésienne de Florès, en 2003, les archéologues se demandent où les situer dans le grand arbre généalogique de l’humanité.

Selon l’une des hypothèses les plus vraisemblables, Homo floresiensis aurait été l’un des descendants de notre ancêtre Homo erectus.


10 découvertes archéologiques insolites


Or, les travaux de l’archéologue Debbie Argue, de l’université nationale d’Australie, réfutent cette hypothèse. Son étude comparative de 133 échantillons d’os ayant appartenu à Homo erectus ou à Homo floresiensis conclut à l’absence de filiation entre ces deux espèces. Leurs mâchoires et leurs bassins, en particulier, présentaient des différences trop importantes pour que les « hobbits » descendent de notre premier ancêtre bipède, a tranché la chercheuse.

Selon les estimations actuelles, l’Homme de Florès a existé de 95 000 à 60 000 ans avant notre ère.

Commentaires