Retour

J’ai essayé la méthode KonMari et voici ce que ça donne

Flickr
... Web Summit 2015 - Dublin, Ireland | by Web Summit

Si vous ne vivez pas sous une roche, vous avez probablement entendu parler de la méthode de ménage KonMari depuis le début du mois de janvier.

Bon, pour ceux à qui ça ne sonne pas de cloche, c’est la femme qui plie ses vêtements de manière différente que le reste de la planète et tout le monde capote ben gros là-dessus.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

My children show me how joy manifests itself in the body. 💕

Une publication partagée par Marie Kondo (@mariekondo) le

Cette femme, c’est la japonaise Marie Kondo, que Netflix a fait découvrir à pas mal de gens grâce à la série Tidying Up, où elle aide des familles à gérer le ménage de leur maison en leur donnant des conseils. 

Et puis moi, comme pas mal de gens, je me suis laissé embarquer là-dedans. J’ai d’abord regardé quelques épisodes d’un oeil curieux, puis bon… Comme on dit, “new year, new me”... j’ai décidé de l’essayer autour de la mi-janvier.

C’est quoi ça, la méthode KonMari?

Avant de faire le grand saut et de commencer à gérer l’entièreté de votre garde-robe et de tous vos objets, il faut se mettre par terre, prendre la pose de l’enfant (pour les habitués du yoga) et remercier votre demeure pour son espace et le service qu’elle vous rend. Cela vous permettra de sentir l’énergie de votre espace et de vous en imprégner. Je l’accorde, ça paraît un peu ésotérique et j’avoue que je me sentais ridicule en imitant Marie Kondo… mais ce geste symbolique constitue la fondation même du processus. C’est cette reconnaissance envers votre espace et vos possessions qui vous permettront de vous défaire de choses dont vous n’avez plus besoin.

Ensuite, pour les vêtements par exemple, il est important de réunir l’ensemble de vos vêtements d’un coup - videz votre garde-robe, votre commode, bref, chaque meuble qui contient des vêtements, en même temps dans une seule (et probablement immense) pile. 

Finalement, vous devrez prendre dans vos mains chaque item de la pile. Si l’objet en question ne provoque pas une réaction de joie chez vous lorsqu’il est dans vos mains, vous le laissez aller. Vous devrez aussi prendre le temps de remercier chaque morceau pour ce qu’il vous a apporté. Puis vous le mettez dans une pile de choses dont vous vous débarrasserez. 

Ce qui est encore plus intéressant, c’est la façon dont Marie Kondo plie les vêtements, c’est-à-dire de façon verticale. Cela fait en sorte que, lorsque vous ouvrez vos tiroirs, vous voyez l’entièreté de vos vêtements plutôt que simplement les deux chandails sur le dessus de la pile. Pour un visuel sur sa façon de plier, regardez cette vidéo.

Pour les besoins de cet article, je me concentre sur les vêtements, mais il y a un paquet d’autres conseils précieux dans la méthode KonMari. Par exemple, vos papiers? Enlevez-les toujours de leurs enveloppe et classez-les avant d’avoir des piles et des piles de papiers mélangés. Vos armoires de cuisines? Regroupez les items lousses dans différentes petites boîtes pour diviser les tiroirs. Placez vos casseroles et poêles de façon verticale pour bien les repérer.

Mon expérience

Pour vous mettre en contexte : 

  • J’habite seule dans un 3 ½ de taille modeste où la chambre et le salon sont une pièce double. Mon bordel, quand il y en a un, je le vois tout. le. temps.
  • Mon garde robe est minuscule. Sérieusement, c’est une porte, pas un grand garde-robe cool ou un walk-in. C’est une PORTE. Le reste de mon linge va dans une commode qui ne fermait plus avant cette expérience. Je n’ai pas non plus de grand espace de rangement pour faire une transition entre mes vêtements d’hiver ou d’été.
  • Mon poids est un réel yoyo depuis belle lurette.

Ça, c’est ma pile.

Quand j’ai pitché l’entièreté de mes vêtements sur mon lit, je n’étais pas en état de choc comme certaines personnes dans l’émission. En fait, j’étais presque rassurée de voir que je semblais en avoir moins que certains (si vous pouvez croire ça). Ça en faisait beaucoup, mais je m’y attendais.

J’ai TOUJOURS de la difficulté à me défaire des vêtements. Je me dis que si j’ai dépensé de l’argent sur ces morceaux, je dois entrer dans mon argent, que ça peut encore être utile, que je vais peut-être porter ça pour un party costumé ou pour faire de la peinture ou je ne sais quelle excuse… sauf que ça, ça va au détriment de l’espace dans lequel je vis et ça a un impact sur mon moral lorsque je suis chez moi, dans un endroit où je devrais pourtant me sentir bien! En accumulant autant, j’en étais venue à me sentir coincée car mon garde-robe et ma commode débordaient, puis ça finissait par traîner dans le fond de ma garde-robe, sur ma chaise d’ordinateur ou par terre.

En remerciant chaque morceau de linge, je me déculpabilisais complètement. Si c’était un morceau que j’ai porté un milliard de fois mais qui ne va plus dans ma vie, j’étais reconnaissante du chemin que j’ai fait avec le morceau. Pour les vêtements peu ou pas portés, j’étais reconnaissante parce que désormais, je savais que ce type de vêtement ne me correspondait pas.

Il ne faut pas avoir peur de jeter des vêtements qui, techniquement, vous font (peut-être même super bien!) mais qui ne vous apportent pas de bonheur. Si le vêtement ne convient pas à votre vie ou votre état d’esprit, il prend de la place chez vous. Dehors!

Tout ça, c’était une révélation. Après une première heure à me demander ce que je faisais, j’allais beaucoup plus vite. Je savais instinctivement ce qui allait et ce qui n’allait pas. 

Il m’a aussi fallu un moment avant de m’adapter à la technique de pliage de Marie Kondo. J’ai travaillé cinq ans dans un magasin de vêtements (probablement la source de mon problème d’accumulation de linge) et j’ai toujours plié mes vêtements à la vitesse de l’éclair depuis - après environ une heure, j’avais pogné le beat et j’allais plus vite.

Votre poids fluctue beaucoup? Moi aussi! Au total, j’ai repéré des vêtements de sept grandeurs différentes (non, ce n’est pas une blague). Étant donné que je suis en processus de perte de poids, je me suis défait de tout ce qui étant devenu trop grand (il faut être positif!) et de tout ce qui était vraiment trop petit. J’ai gardé environ cinq morceaux juste un peu trop petits que j’aimais vraiment beaucoup et qui devrait m’aller à nouveau dans trois mois environ, si tout se passe bien. Je n’ai pas voulu en garder plus. Avec les années, je me suis rendue compte que lorsqu’on revient à un ancien poids - que ce soit plus petit ou plus gros - ça ne veut pas dire que les morceaux de cette taille que nous avons gardés nous vont toujours bien! Notre corps a peut-être complètement changé et le morceau n’est plus aussi avantageux pour nous. Aussi bien s’en défaire alors. Même chose pour les soutiens-gorges - j’ai gardé deux autres grandeurs seulement. Ça ne sert à rien d’avoir un catalogue Victoria’s Secrets chez moi, t’sais.

Au final, il m’aura fallu -tenez vous bien- cinq heures pour passer à travers tous mes vêtements. Ça parait long, mais j’ai dû essayer pas mal de vêtements (quand le poids fluctue, on ne sait jamais exactement ce qui fait et ce qui ne fait plus), passer à travers les tuques, les écharpes, les manteaux, les souliers, les bottes et aussi des boîtes de rangement qui se trouvaient sous mon lit. Je me suis débarrassée de presque tout ce qui se trouvait dans ces boîtes auxquelles je ne touchais jamais et j’ai pu y ranger mes jeux de société, des livres d’université ainsi que mes vêtements d’été, libérant encore plus d’espace dans mes tiroirs et ma bibliothèque!

Deux semaines plus tard, il me faut environ deux minutes pour m’habiller le matin car je suis en mesure de voir TOUS mes vêtements en un coup d’oeil. Avant, je ne savais jamais quoi mettre et ça pouvait me prendre 15, 20, 30 minutes pour m’habiller à chaque jour. Pour moi, qui est la personne la moins matinale au monde, c’est un méchant changement. 

Aussi, c’est fou à quel point je me sens plus légère. J’ai redécouvert des morceaux qui s’étaient perdus dans mes piles et mon désordre et j’ai l’impression d’avoir une nouvelle garde-robe sans n’avoir rien acheté. La fashionista en moi est comblée.

Mes conseils

  1. Sachez où vous allez porter les choses dont vous ne vous servez plus. Il y a des tonnes d’organismes qui acceptent différents objets - informez-vous pour éviter de polluer notre planète plus qu’elle ne l’est déjà en jetant tout ce que vous ne voulez plus conserver. Personnellement, j’ai donné tous mes vêtements et effets personnels encore bons à Renaissance ou à une amie qui a récemment été sinistrée. 
  2. Impliquez toute la maisonnée. Tout le monde doit s’investir dans ce grand ménage. Vous, votre conjoint(e), les enfants. Oui, oui, les enfants aussi doivent passer à travers leurs vêtements et leurs jouets! Aussi, en les impliquant, vous leur donnerez déjà de bonnes habitudes de vie qu’ils conserveront toute leur vie. Si vous avez un(e) colocataire, essayez d’avoir son appui pour faire le ménage de vos espaces communs comme le salon, la cuisine et l’entrée. Sinon, concentrez-vous sur vos trucs et votre chambre - ce sera déjà ça. Important : votre pile de vêtements est votre responsabilité. Votre conjoint(e) n’a pas son mot à dire sur vos vêtements, et vous n’avez pas votre mot à dire sur ses vêtements non plus. Vous pouvez vous encourager, mais ne dites pas à l’autre quoi faire, sinon vous gâcherez son apprentissage.
  3. Prévoyez du temps. Que vous habitiez dans une chambre, un 3 ½, une maison unifamiliale ou un manoir, c’est un processus qui peut s’avérer plutôt long - il vous faudra probablement plus d’une journée pour passer à travers toutes vos possessions. Vous pourriez être surpris de réaliser que certains objets dont vous devrez vous débarrasser pourront vous rendre émotif et ainsi ralentir votre cadence. Ça m’est arrivé avec une paire de chaussures complètement trouées que je gardais car ma grand-mère, décédée depuis 13 ans, m’en parlait toujours quand je les portais. Sérieusement, j’ai pleuré en les jetant (oui oui), mais mon souvenir reste. 
  4. Prenez le temps de regarder votre pile de vêtements. Souvent, quand on fait le ménage de nos vêtements, on commence par le garde-robe, puis, une fois cette étape terminée, on passe à la commode, etc. On ne voit jamais TOUS nos vêtements empilés ainsi. Observez l’étendue des dégâts, comprenez votre problème (s’il y a lieu). Ça frappe, mais c’est important. Sérieusement, c’est décourageant de voir à quel point on accumule des choses pour au final ne porter qu’une vingtaine de morceaux en rotation.
  5. Ne faites pas une pile pour les peut-être. Dans l’émission, Marie Kondo suggérait une pile pour les oui, une pour les non, et une troisième pour les peut-être. Oubliez les peut-êtres! Ça ne fera que vous ralentir. Concentrez-vous sur la réaction provoquée par le vêtement et vous aurez votre réponse.
  6. Arrangez-vous pour vous motiver! Faire du ménage, c’est long, c’est lourd et personne n’aime ça. Mettez de la musique qui vous plaît ou un film ou une série que vous connaissez sur le bout de vos doigts. Il ne faut pas que ce soit trop distrayant pour vous, mais ça rendra la tâche moins déplaisante.

Là-dessus, bonne chance, sans oublier #SparkOfJoy.

via GIPHY

 

Si vous êtes curieux d'en savoir plus, il es possible de se procurer via la site internet Les libraires Le Pouvoir étonnant du rangement, (en français svp!), de plus il y a quelques autres livres de Marie Kondo à vous procurer si vous souhaitez expérimenter la méthode japonaise. 

Merci à Élise, que vous pouvez également découvrir sur le site de Balle Courbe, pour la rédaction de cet article. 


Vous aimerez aussi


Plus d'articles