Retour

La cryogénie : euh, des explications s’il vous plaît!

La cryogénie

Mise en contexte : vous avez un souper prévu au programme ce week-end? Ou vous désirez susciter (positivement) l’attention de vos collègues et de votre boss au prochain 5 à 7 en ayant une conversation éclairée sur les sujets chauds de l’heure? Parfait : on a décidé de vous aider en démystifiant des sujets de société! Aujourd’hui, on s’attarde à la cryogénie, cette « tendance » scientifique qui s’immisce de plus en plus dans plusieurs sphères de la société.

 

Entrer volontairement dans une cabine dont la température a été réglée à -133 degrés C et y rester pendant trois minutes? Ben oui, pourquoi pas! Il faut souffrir pour être belle, dit-on… Sans farce, avant de s’attaquer à la cryothérapie, cette tendance beauté et santé qui fait fureur depuis quelques années, commençons par comprendre le principe même de la cryogénie.

 

Un froid… qui n’en finit plus d’être froid

Premièrement, qu’est-ce que la cryogénie, exactement? Eh bien, cette « discipline » qui s’inscrit parmi les domaines de la physique s’intéresse à l’étude des très basses températures. Vraiment très très basses, genre celles ressenties au pôle Sud multipliées par mille. D’accord, peut-être pas à ce point-là, mais pas loin. À titre informatif, au pôle Sud, grosso modo situé sur le continent de l’Antarctique, on atteint durant l’hiver des températures de -40 degrés C à -70 degrés C. Il demeure donc impressionnant de constater que des chaînes cryogéniques peuvent quant à elles permettre d’atteindre des températures allant jusqu’à -273 degrés C. Psitt : ça, c’est encore plus glacial que la température de l’espace sidéral! En effet, les températures reliées à la cryogénie sont toutes inférieures à -150 degrés C. Tsé, juste un peu froid.

 

En gros, la cryogénie s’intéresse donc à l’étude des très basses températures, précisément à comment les produire, ensuite comment les maintenir et, surtout, comment les utiliser, trouver quels sont les avantages, les bienfaits de ces températures extrêmement basses…

 

Ça va? Vous nous suivez jusqu’ici?

 

Les multiples fonctions de la cryogénie

Si la cryogénie est parfois dite controversée, c’est qu’elle est étroitement liée à la cryoconservation qui, elle, permet de suspendre l’activité de cellules, avant de les remettre en mouvement… On en apprécie fortement les bénéfices lorsque cette méthode est utilisée pour la conservation du sperme, par exemple, ou des tissus humains, mais là où il est permis de froncer les sourcils, c’est lorsque certaines personnes souhaitent faire de la cryogénisation, c’est-à-dire conserver en entier des êtres humains, afin de les « ramener » à la vie, un jour… Sinon, la cryogénie est principalement utilisée dans cinq domaines :

  • l’alimentation. Plongés dans l’azote liquide, les aliments gèlent et il est ainsi possible de les conserver. Il suffit ensuite de réchauffer les aliments en question pour qu’ils retrouvent leur état initial.
  • la physique. La cryogénie est vraiment une étude fascinante, notamment quand un scientifique vise à atteindre un état de superfluidité ou, encore pour utiliser la supraconductivité d’un matériau. Ça veut dire quoi ça, supraconductivité? Larousse à la rescousse! La supraconductivité est un phénomène présenté par certains métaux, alliages ou céramiques dont la résistivité électrique devient pratiquement nulle au-dessous d’une certaine température, une température dite critique.
  • le domaine industriel. Dans ce cas, il devient intéressant d’avoir recours à la cryogénie pour transformer la matière en poudre très fine, pour des besoins esthétiques, par exemple, ou même décoratifs.
  • la santé. Ici, on parle principalement de l’utilisation de résonance magnétique nucléaire, utile pour l’imagerie médicale.
  • le domaine spatial. La cryogénie a aidé au développement et à la mise au point de certains moteurs de fusées.

 

Soins de beauté version années 2000

À l’évidence, quand une chose fonctionne, tout le monde cherche à pouvoir l’utiliser à son avantage. Le domaine de la beauté et des soins de la peau s’est donc lui aussi approprié une « part » de la cryogénie, au fil des années. C’est ainsi qu’est née la cryothérapie. Très prisée par les athlètes, car elle faciliterait la récupération et la réparation musculaire, la cryothérapie est également offerte à monsieur et madame tout le monde, bref à n’importe quel individu qui souhaite vivre une expérience beauté revitalisante hors du commun!

 

Le principe : entrer dans un cryosauna – une chambre dont la température est refroidie grâce à de l’azote liquide – et y rester pendant trois minutes. À noter que dans la plupart des établissements qui offrent la cryothérapie, une séance coûte normalement près de 70$. Ses bienfaits? S’exposer ainsi au froid stimulerait les mécanismes de guérison du corps, aiderait à prévenir les blessures, ainsi qu’à améliorer la flexibilité et les problèmes cutanés.

 

À l’évidence, comme toute avancée technologique, la cryothérapie ne fait pas que des heureux. D’ailleurs, par le passé, Santé Canada a émis un avertissement pour dire que certains des appareils utilisés dans des cliniques de soins de beauté peuvent représenter des risques pour la santé, par exemple si une personne en vient à respirer de l’azote liquide ou si elle reste plus longtemps que prévu dans la « chambre froide ».

 

Il en revient ainsi à chacun de prendre ses précautions.

 

Et puis? Vous sentez-vous mieux outillée pour vous joindre à une conversation à ce sujet?

Bonne discussion!

 

Sources :

cea.fr

quebec.huffingtonpost.ca

spacloud.com

meteo45.com

futura-sciences.com

larousse.fr