Le 8 juillet 1758 eut lieu l’une des plus grandes victoires des troupes françaises et canadiennes contre les troupes anglaises à Fort Carillon, entre le lac Champlain et le lac George. Le contexte : pendant que la forteresse de Louisbourg est assiégée par les armées d'Amherst, le général James Abercromby rassemble une armée de 16 000 hommes au sud du lac Champlain. Du côté française, le général Montcalm et le cavalier de Lévis ne disposent que de 4 000 hommes, soit quatre fois mois. Cette bataille qui fut l’une des plus sanglantes de la guerre de Sept Ans a fait plus de 3 000 victimes et est souvent évoquée comme un bel exemple d’incompétence militaire de la part du commandant en chef  James Abercromby qui a ordonné un assaut sur les troupes françaises sans l’appui de son artillerie.

 

Drapeau de Carillon

Le mythe du drapeau de carillon : Le père Berey, supérieur des Récollets, témoin de la bataille rapporte un drapeau qui selon la tradition témoigne des balles et des coups de sabre de la victoire. Une légende raconte que « la Vierge était apparue au-dessus des combattants et [...] toutes les balles tirées par les Anglais allaient s'anéantir dans les plis de sa robe, sans atteindre les Français. » Sauvé d’un incendie, ce drapeau a refait une apparition au défilé de la Saint-Jean Baptiste de 1848 à Québec et influencera le futur drapeau québécois. Pour en savoir plus sur ce drapeau mythique, consultez le site de l’Amérique française.

Pour plus de contexte sur la guerre de la Conquête et un récit plus détaillé de la bataille, ne manquez pas le huitième épisode de l’histoire du Canada.

 

Commentaires