Retour

La petite histoire de la fête des Mères

Fille et maman

Le 12 mai, nous serons nombreux à rendre hommage à nos mamans à l’occasion de la fête des Mères. La tradition, qui se voulait religieuse à l’origine, s’est transformée au cours du dernier siècle en une grande célébration de la maternité.
 

Rendre hommage à nos mères, d’hier à aujourd’hui

On trouve les premières traces de ce que l’on connaît aujourd’hui comme la fête des Mères dans la Grèce antique. À l’époque, le printemps était l’occasion de rendre hommage à Rhéa, la mère des dieux, et de célébrer la fertilité.

Avec le temps, on a tranquillement délaissé les dieux pour honorer directement nos mères grâce aux efforts de militantes comme Anna Jarvis et Julia Ward Howe. Il faudra cependant attendre 1914 pour que la fête des Mères soit officiellement décrétée comme journée nationale aux États-Unis.

Aujourd’hui, on célèbre les mères dans de nombreux pays du monde. Bricolages, cadeaux, visites, sorties : tout est permis pour exprimer notre gratitude à nos mamans.

Fait intéressant : une étude a montré en 2010 que les Américains faisaient en moyenne 11 % plus d’appels téléphoniques le jour de la fête des Mères que tous les autres jours de l’année.  
 

Les fleurs en tête de liste

Saviez-vous qu’au début du siècle dernier, on honorait les mères en portant sur soi un œillet le deuxième dimanche de mai ? Un rouge pour célébrer celles qui étaient toujours à nos côtés ; un blanc en mémoire de celles disparues.

Aujourd’hui, même si l’œillet a laissé sa place aux bouquets de toutes sortes, les fleurs sont toujours prisées. Aux États-Unis seulement, on vend plus de fleurs à l’occasion de la fête des Mères que pour la Saint-Valentin ! Parions que la tradition se poursuivra pendant plusieurs années.