Retour

La petite histoire de la Saint-Patrick

Pichet brevage vert

Saint Patrick n’est pas né en Irlande. Comment se fait-il qu’il soit tout de même devenu le prétexte pour célébrer l’identité irlandaise tous les 17 mars ? Voici la petite histoire de la Saint-Patrick.

Des débuts religieux

Né en Angleterre, saint Patrick est responsable de l’avènement du christianisme dans le pays des rouquins, qui croyaient jusqu’alors à la mythologie celtique. 

Maewyn Succat, de son vrai nom, aurait été kidnappé à l’adolescence et emmené en Irlande. Lorsqu’il adhère au christianisme une fois de retour en Angleterre, il est rebaptisé Patricius. Il entreprend dès lors d’évangéliser les habitants de la verte île voisine. Il aurait utilisé le trèfle pour expliquer le concept de la Sainte Trinité au peuple irlandais – ce qui s’est manifestement avéré un symbole convaincant !
 
Le 17 mars 461 est la journée où saint Patrick serait mort. Il s’agit d’un jour férié en Irlande, mais pas d’une fête nationale, à la différence du 24 juin au Québec et du 4 juillet aux États-Unis.
 

Pas de bière pour les Irlandais

Fête chrétienne avant tout, la Saint-Patrick a très longtemps été soulignée en Irlande sous un angle uniquement religieux. Les Irlandais ne pouvaient pas s’enivrer pour célébrer la Saint-Patrick, puisque cette fête a lieu durant le carême. À partir de 1961, une loi a permis l’ouverture des bars en cette journée, ce qui a dès lors donné à la fête une tournure plus festive !

De VGstockstudio / Shutterstock

Un premier défilé... à New York

La première célébration de la Saint-Patrick en tant que fête des Irlandais a eu lieu à Boston en 1737, à l’initiative d’immigrants irlandais, et non dans leur pays d’origine !

C’est à New York que le premier défilé en l’honneur de saint Patrick s’est tenu, en 1762. La « grosse pomme » détient à ce jour le record du plus grand défilé de la Saint-Patrick. Montréal fait tout de même bonne figure, tenant sans interruption depuis 1824 son propre défilé à l’occasion de cette fête.
 

Le vert... jusqu’à preuve du contraire ?

Si le vert est associé à tout jamais aux Irlandais dans l’imaginaire collectif, les historiens ont découvert que la couleur emblématique de saint Patrick était plutôt le bleu, d’une teinte assez pâle – couleur qu’on trouve d’ailleurs sur d’anciens drapeaux irlandais.

L’usage du vert pour représenter le peuple irlandais tiendrait son origine de la rébellion irlandaise de 1798. Avec le temps, cette couleur a fini par supplanter le bleu pâle dans l’imagerie populaire.
 
Le 17 mars prochain, vous pourrez donc enfiler vos plus beaux vêtements verts et célébrer le peuple irlandais en connaissance de cause !

 


Vous aimerez aussi