Retour

Les sombres origines de l’Halloween

Rituels halloween

Échange de bonbons, déguisements et soirées à thèmes. Vieille de 2500 ans, l’Halloween est plus qu’une fête pour enfant ou un party d’étudiants. Car son histoire est plus lugubre

Des origines mystiques

L’Halloween a pour origine le festival celtique Samhain (qui signifie fin de l’été), populaire en Irlande et en Gaule. Le 31 octobre symbolise en effet le début de l’hiver et de ses nuits plus longues que les jours. C’est aussi le moment où la frontière entre le monde des morts et celui des vivants est plus fine que jamais. Gare aux démons et aux fantômes !

Betteraves et navets 

Autrefois, ce n’était pas des citrouilles que les villageois sculptaient et déposaient devant leurs maisons, mais des betteraves et des navets ! Ils étaient taillés en forme de têtes de mort et déposés dans les cimetières ou sur le pas de la porte, comme offrande pour apaiser les esprits. Quand la fête a migré en Amérique du Nord, la citrouille s’est imposée, car elle est plus répandue dans les champs. Et surtout plus grande !

Jack O’Lantern

La célèbre lanterne vient elle aussi d’un conte irlandais très sombre. Parce qu’il s’est régulièrement moqué du diable, Jack n’a pas le droit d’aller au paradis ou en enfer à sa mort. Il obtient malgré tout un charbon qu’il place dans un navet vidé de sa chair pour éclairer son chemin. La légende raconte qu’il erre sans but depuis et qu’il revient sur terre à l’Halloween.

Trick or treat

Aller de porte en porte pour quêter de la nourriture date du Moyen-Âge ! Le trick-or-treating serait l’héritier de cette tradition. En échange de soul cakes (gâteaux de l’âme), les plus pauvres chantaient des prières pour les défunts de chaque famille. Plus tard, les enfants chanteront pour recevoir des noix, de l’argent ou des fruits.

Fête commerciale

Au Canada, l’Halloween est la 2e fête la plus commerciale après Noël, avec un milliard de dollars canadiens en 2014 en ventes de détail, selon le Conseil canadien du commerce de détail. Elle ne séduit plus seulement les enfants, car les Canadiens dépensent 70 $ par habitant en costumes, bonbons et décorations.