En 1906, à la suite d'une série de vols au Musée du Louvre, un journaliste s’empare d’une épitaphe romaine pour prouver la facilité de dérober des œuvres sous le nez des gardiens. En boutade, il écrit : « Pendant que j’y étais, pourquoi n'aurais-je pas volé la Joconde? » (Source : Historiamag)

Eh bien! Ce sera chose faite quelques années plus tard! Le matin du 22 août 1911, le tableau de De Vinci disparaît et ne sera retrouvé que 2 années et demi plus tard. Entre temps, le poète Guillaume Apollinaire soupçonné d’être complice de vols de statuettes par son secrétaire Géry Pierret, passe 4 jours en prison et Picasso, qui avait acheté l’une des statuettes volées, est interrogé.


Choix de l'éditeur

 

Ce n’est qu’en 1913, lorsque le voleur tente de vendre la Joconde à un antiquaire qu’il est finalement arrêté. Ce vitrier italien nommé Perrugia avait profité de son travail au Louvre pour se cacher pendant la nuit et dérober le tableau le lendemain, jour de fermeture du musée. Il fut condamné à un an et quinze jours de prison et libéré après sept mois. Pour en savoir plus sur l’un des plus importants vols d’œuvres d’art de l’histoire, ne manquez pas cette sympathique animation sur le site du Musée du Louvre.

Commentaires