Les terrasses roses et blanches du lac Rotomahana, en Nouvelle-Zélande, étaient une merveille naturelle visitée par les touristes du monde entier, jusqu’à leur disparition en 1886. Des géologues croient toutefois les avoir retrouvées.

On croyait en effet que l’éruption du mont Tarawera, le 10 juin 1886, avait entièrement détruit ces terrasses naturelles de silice et les sources thermales qui les enveloppaient de pittoresques cascades.

Deux géologues affirment cependant les avoir localisées, 10 à 15 mètres sous la surface du sol. Elles pourraient donc avoir été simplement ensevelies par les boues et les cendres de l’éruption volcanique.

Les travaux de ces chercheurs indépendants ont été publiés dans le Journal of the Royal Society of New Zealand.

Commentaires