Il y a près de 50 millions d’années, un gros lézard mesurant d’un à deux mètres foulait le sol du Wyoming à la recherche de petites bêtes à se mettre sous la dent. Rien de particulier a priori...

Des fossiles qui en disent long...

Or, en se penchant plus attentivement sur des fossiles récoltés en 1870, des chercheurs allemands de l’Institut Senckenberg ont découvert que le sommet de la tête de l’animal comptait deux trous liés à des organes pinéaux et parapinéaux… bref, des yeux ! De simples lézards sans histoire, le Samiwa ensidens est passé à seul vertébré à mâchoires jamais référencé ayant quatre yeux.

À quoi servaient ses 2 autres yeux?

Les scientifiques croient que cette paire d’yeux supplémentaires pouvait lui servir de boussole, à l’instar de certains vertébrés et invertébrés actuels qui possèdent un discret troisième œil. Cet œil pinéal présent chez certaines tortues et lézards est en fait un organe photosensible qui leur permet notamment de capter l’intensité lumineuse.

L'Homme: pas si loin du reptile?

Chez l’homme, on aurait aussi un troisième œil reptilien : la glande pinéale, qui joue pratiquement le même rôle... rétine en moins !

Et des vedettes reptiliennes