Retour

Il y aurait un lien entre votre sourire et votre consommation d’alcool

femme qui boit un verre de vin blanc en souriant

Sourire et prendre une gorgée d’une boisson. Deux actions qui sont bien difficiles à faire en même temps! Mais si, à la fin d’une journée où vous avez beaucoup souri, parfois contre votre gré, vous aviez envie de prendre un, deux ou même trois verres d’alcool? Voilà le sujet d’une récente étude menée aux États-Unis dont les résultats sont assez surprenants : plus les employés du service à la clientèle forceraient leur sourire, plus ils consommeraient d’alcool

 

Et ça vaudrait aussi pour les enseignants et les infirmiers. Bref, ceux qui, au quotidien, doivent parfois se construire une façade pour interagir avec les autres. Selon les données relevées par cette étude, les personnes travaillant dans le milieu de la restauration ou du tourisme, ainsi que dans des boutiques et commerces, seraient les plus touchées par ce « fléau » du faux sourire alcoolisé! Dans les faits, il n’est pas si difficile de comprendre pourquoi… Après tout, il arrive à tout le monde de ne pas avoir une bonne journée, le type de jour où, le moral à plat, le sourire vient moins facilement. Se sentir obligé de sourire, à ce moment, demande beaucoup de soi et une petite « récompense » ou, du moins, un moyen de décompresser à la fin de la journée peut alors s’avérer un choix évident.

 

Montre-moi ton sourire…

Les responsables de cette étude (menée auprès de 1600 personnes) en viennent ainsi à la conclusion que le temps serait venu pour les patrons de cesser d’exiger que leurs employés sourient à outrance. Évidemment, avoir des employés polis, respectueux et de bonne humeur, c’est agréable, mais il y aurait des limites à leur demander de mettre de côté leurs véritables émotions pour faire plaisir à des inconnus qui, eux, leur manquent totalement de respect. C’est justement le fait de leur demander de maîtriser des sentiments négatifs qui, à la fin d’une journée, les rendrait moins en mesure de contrôler leur consommation d’alcool.

 

Il est important de noter, ici, que l’étude en question ne parle pas d’alcoolisme, ni de sujets alcooliques, mais bien d’une « simple » consommation d’alcool.

 

L’exception à la règle?

À l’évidence, un tel comportement alcoolisé, s’il est souvent répété, est fortement déconseillé pour la santé. Mais, il y aura toujours ces cas étonnants, ces petites exceptions à  la règle… Comme cet Américain âgé de 101 ans qui associe directement sa bonne santé et sa longue espérance de vie (visiblement!) à sa bière quotidienne – une Coors Light – qu’il se programme à 16 heures. Mais bon, il s’agit là d’un cas exceptionnel.

 

À retenir : même si un sourire peut vous mener loin, s’il n’est pas sincère, vaut parfois mieux le garder pour vous-même…

 

(sources : slate.fr, avantages.ca et ztele.com)


Vous aimerez aussi