Percée majeure dans le monde médical : des biologistes anglais et allemands ont créé des souris sans avoir recours à la fécondation d’un ovule.   

Pour en arriver à cette prouesse, les chercheurs ont d’abord provoqué chimiquement la division cellulaire de l’ovule, une opération qui nécessitait jusqu’ici la fécondation par un spermatozoïde. Ils ont ensuite introduit des spermatozoïdes dans ces cellules, appelées parthénotes, et ont implanté les embryons à des mères porteuses.

Dans 24 %  des cas, la procédure a conduit à la naissance d’une souris en bonne santé. Phicsim et Phicsia, les deux premières souris à en être issues, ont même pu se reproduire naturellement.

Les responsables de l’étude espèrent que la technique pourra être transposée à des cellules humaines; des cellules de peau, par exemple. Ceci rendrait possible la reproduction in vitro sans l’apport d’un ovule. Mais la route avant d’y arriver promet d’être encore longue.

Plus d'articles

Commentaires