Retour

La pilule anticonceptionnelle liée à un risque accru de dépression

Des chercheurs de l'université de Copenhague ont observé des corrélations troublantes au cours d'une vaste étude sur les contraceptifs hormonaux: tous sont associés à des taux significativement plus élevés de prise d’antidépresseurs.

Les femmes qui utilisent le type le plus courant de pilule anticonceptionnelle, qui combine un œstrogène et un progestatif, seraient 23% plus susceptibles de consommer aussi des antidépresseurs que les femmes qui n’utilisent pas de contraception hormonale. La tendance est particulièrement marquée chez les adolescentes, qui deviennent 80% plus à risque de dépression lorsqu’elles prennent la pilule combinée.

Avec la pilule progestative, la probabilité de prendre aussi des antidépresseurs est 34% plus élevée, et elle double carrément chez les femmes qui utilisent le timbre contraceptif. L’anneau vaginal et le stérilet avec hormone, eux, accroissent respectivement de 60% et de 40% le risque de se voir prescrire des antidépresseurs.

Même si l’étude n’a pu déterminer si les contraceptifs hormonaux causent directement la dépression, ces corrélations soulèvent des questions importantes quant aux effets de ces contraceptifs sur la santé mentale, qui ont jusqu’à maintenant été peu examinés.

L’étude a été menée auprès d’un million de Danoises de 15 à 34 ans, qui ont été suivies pendant 13 ans. Elle a fait l’objet d’un article dans la revue JAMA Psychiatry.