Retour

Pourquoi certaines personnes ont-elles des frissons en écoutant de la musique?

Frissons écouter musique

Vous est-il déjà arrivé d’avoir la chair de poule ou de ressentir un frisson incontrôlable le long de votre colonne vertébrale en écoutant de la musique? Cette expérience physique d’un plaisir esthétique – designée par l’expression «skin orgasm» en anglais – serait éprouvée par environ 2/3 de la population. Et elle intrigue les chercheurs.

On sait déjà que la chair de poule est un héritage de nos ancêtres poilus qui se gardaient au chaud par le biais de diverses stratégies acquises de l’évolution, comme celle de créer des couches endothermiques en faisant se dresser les poils à la surface du corps, et créer ainsi une fine couche d'air isolante.

Mais pourquoi la musique et un courant d’air frais produiraient-ils la même réaction? L’hypothèse probable est que l’invention des vêtements a permis aux humains de se garder au chaud plus efficacement, mais que la structure physiologique étant toujours en place, elle aurait pu être «redirigée» pour exprimer une réaction à un autre stimuli, de nature émotionnelle dans ce cas-ci.

L’origine du frisson

Selon différentes recherches, les passages musicaux qui présentent des harmonies inattendues, des changements soudains de volumes, l’entrée saisissante d’un solo dans une pièce musicale ou encore l’exécution parfaite d’un passage particulièrement difficile sont des déclencheurs communs et fréquents des frissons parce qu’ils déjouent les attentes de l’auditeur, d’une manière positive.

Une question de personnalité!

Des chercheurs en psychologie sociale de l’Université Eastern Washington aux États-Unis ont voulu pousser plus loin la compréhension du phénomène en explorant les liens entre le type de personnalité et l’expérience des frissons.

Ils ont monitoré les réactions épidermiques des participants à l’écoute, notamment, des extraits de pièces musicales suivantes, reconnues pour leurs propriétés stimulantes, validées dans le cadre d’études antérieures :

  • Les 2 premières minutes et 11 secondes de : St. John’s Passion: Part 1 – Herr, unser Herrscher (J.S. Bach)

     
  • Les 2 premières minutes et 18 seconde de Piano Concerto No. 1: II (Chopin)

     
  • Les 53 premières secondes de : Making Love Out of Nothing At All (Air Supply)

     
  • Les 3 premières minutes et 21 secondes de Mythodea: Movement 6 (Vangelis)

     
  • Les 2 premières minutes de : Oogway Ascends (Hans Zimmer)

     

Les résultats de recherche ont indiqué que les participants ayant une personnalité de type « Ouverte aux expériences », caractérisée par une imagination particulièrement active, une curiosité intellectuelle, l’appréciation de la beauté et la nature, la recherche de nouvelles expériences et de variété dans leur vie ont été plus nombreux à expérimenter ce phénomène.

La contribution de cette étude, c’est qu’en plus d’établir le lien entre l’émotion et l’expérience de frissons, elle met également en lumière l’importance de l’aspect cognitif (imagination, curiosité intellectuelle) : les personnalités qui se plongent dans la musique et qui s’y investissent intellectuellement sont plus susceptibles de ressentir des frissons et de manière plus intense que les autres.

Sources et références :