Retour

Que fait l'hypnose à votre cerveau?

Montre hypnose

Vos paupières sont lourdes, très très lourdes…Mais comment l’hypnose parvient-elle à nous faire faire des choses et comment agit-elle sur le cerveau?

La pratique de l’hypnose, bien qu’elle remonte à 1843 sinon plus tôt, a longtemps été considérée comme une science occulte et presque chamanique, mais aujourd’hui les chercheurs parviennent à élucider certains de ses plus grands mystères. Grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), il est maintenant possible de visualiser comment l’hypnose agit sur le cerveau.

En 2009, une équipe de chercheurs de l'Université de Genève réussissaient à décrypter les mécanismes cérébraux lié à cet état mental particulier. Pour observer le phénomène, des chercheurs de la Faculté de médecine ont induit une paralysie par hypnose à des participants. Les volontaires devaient ensuite effectuer ou non un mouvement de la main lorsqu'un signal leur était donné. Une partie des sujets recevaient alors la suggestion hypnotique que leur bras gauche était paralysé, tandis que d'autres, non soumis à l'hypnose, devaient simuler la paralysie de ce même bras.

Les connexions modifiées

Résultat, les chercheurs ont pu observer à l’aide d'un scanner IRM que des régions différentes étaient impliquées dans la paralysie causée par l’hypnose versus la simulation.

En effet, les volontaires sous hypnose présentaient une forte activité du cortex frontal - en partie responsable du contrôle de la réalisation de la tâche. Les scientifiques ont également pu remarquer que le cortex moteur contrôlant la main paralysée semblait être plus fortement «connecté» qu’à son état normal avec les régions impliquées dans la conscience de soi.

«C'est comme si l'imagination prenait le contrôle du cerveau et de la perception», expliquait un des auteurs, Yann Cojan.

Des chercheurs de l'université de Stanford se sont également penchés sur le sujet plus récemment. D’après leurs conclusions, l’activité serait en effet accentuée dans la zone dorsale cingulaire antérieure, une partie du cerveau liée notamment à la résolution de problème et la prise de décision.

Les 2 études montraient également que les connexions augmenteraient entre 2 régions du cerveau, soit entre l'insula et cortex préfrontal dorsolatéral.

« Cet accroissement de la connectivité est intéressant car l’insula (cortex insulaire, lié à la conscience) est impliquée dans le traitement du contrôle du corps et de l’expérience, de l’émotion, de l’empathie et du temps » indiquait David Spiegel, en charge de l’étude de Stanford.

Cependant, les connexions entre le cortex préfrontal dorsolatéral et le réseau du mode par défaut seraient, pour leur part, réduites. Cette diminution, comme le souligne Spiegel, expliquerait pourquoi une personne hypnotisée pourrait donc se concentrer autant sur une chose, sans se soucier du reste ou dissocier l'action de sa conscience.

Pour Spiegel, ces résultats et d’autres recherches pourront permettre d’améliorer notre compréhension de nos états de conscience, et développer des traitements par hypnose plus efficaces... même pour ceux qui semblaient jusqu’ici insensibles à l’hypnose.


Choix de l'éditeur

 

Commentaires