Tenir la main de son amoureux n’est pas seulement un geste d’affection. Ce contact physique aurait un effet antidouleur, selon une étude menée par des chercheurs américains et israéliens.

Pour en venir à ces conclusions, les chercheurs ont mesuré l’activité cérébrale de 11 femmes soumises à une légère douleur. Lorsque leur conjoint leur tenait la main, la douleur était 34 % moins forte que sans contact physique.

Cet effet antidouleur s'expliquerait par le fait que les personnes souffrantes ressentiraient l’empathie de leur partenaire lors de cette épreuve. Ainsi, grâce au toucher, il se créerait une synchronisation des ondes cérébrales entre les deux individus qui permettrait la réduction de la douleur.