Retour

La science de l’amour

Tomber amoureux

Scientifiquement parlant, l'amour, ça fait quoi au juste? Comment notre cerveau nous fait-il tomber amoureux?

Quand la chimie opère...

D’après Helen Fisher de l'Université Rutgers aux États-Unis, sur les plans cérébral et hormonal, l'amour se jouerait en 3 étapes : la luxure ou le désir, l'attraction et l'attachement. 

Étape 1: Le désir

Il suffit parfois d'un regard et hop! Les hormones sexuelles testostérone et œstrogène entrent en jeu. La testostérone plus particulièrement (également présente chez les femmes) vient alimenter le désir.

Étape 2: L'attraction

Ah! Ce fameux moment où vous n’arrivez plus à penser à autre chose qu’à lui ou à elle. Selon les scientifiques, les coupables ici sont la noradrénaline (ou norépinéphrine), la dopamine et la sérotonine.

Noradrénaline

Quand vous êtes amoureux, votre organisme vous envoie de la noradrénaline en réponse... au stress!

Eh oui! C’est ce qui explique vos palpitations, vos mains moites, une plus forte transpiration, etc.

Dopamine

Helen Fisher a pu observer que les gens nouvellement amoureux avaient des niveaux élevés de dopamine.

Si vous êtes sans doute plus familier avec cette hormone, il faut savoir que les personnes ayant un taux élevé de dopamine auraient davantage tendance à poursuivre des conduites dites « à risque » ou à rechercher ces situations (ça pourrait expliquer certaines choses...). Déclenchant certains plaisirs, elle joue également un rôle dans la motivation... 

Sérotonine

Troisième, mais non la moindre, la sérotonine est impliquée dans bien des choses, dont la régulation du cycle circadien.Elle est également liée à certains désordres émotionnels - anxiété, stress, dépression - mais aussi à l’humeur (bonne et mauvaise). 

Votre cerveau amoureux aurait d'ailleurs un taux de sérotonine semblable à celui d'une personne souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (TOC), ce qui pourrait expliquer (entre autres) l'anxiété ou l’obsession ressentie par les amoureux lorsqu'ils sont séparés. 

Étape 3: L’attachement

Difficile de savoir combien de temps la relation va durer. Toutefois, au plan scientifique, 2 hormones contribuent à ce sentiment d'attachement; l'ocytocine et la vasopressine.

L'oxytocine intervient notamment dans l'orgasme, la reconnaissance sociale, l'empathie, l'anxiété, ainsi que les comportements maternels (et l'attachement maternel). Les gestes affectueux permettent notamment de libérer cette hormone qui induit un sentiment de bien-être et renforce le lien d'attachement.

Et finalement, existe-t-il une recette pour tomber amoureux? L’amour n’est certainement pas une science exacte, mais d’après Arthur Aron, regarder un inconnu dans les yeux en échangeant autour de ces 36 questions pourrait bien allumer une sacrée étincelle… À vous d’essayer!


L’amour selon le zodiaque


Commentaires