Retour

Suivre son cœur pour combattre une phobie

Force est d’admettre qu’on aime bien se donner des frayeurs. Mais tomber face à face avec une grosse bestiole, sans quiconque pour nous assurer qu’elle ne grimpera pas sur notre pied, c’est un peu moins drôle. Or, pour y remédier, il suffirait de prendre son courage à deux mains et de… suivre son cœur !  

Prendre notre courage à deux mains, puisqu’il faudra tout d’abord nous exposer à l’objet de notre peur. Et suivre notre cœur, puisqu’il faudra ensuite synchroniser cette exposition à notre rythme cardiaque ! 

 

Synchroniser la phobie et le pouls

La synchronisation n’est pas évidente, on en convient, mais cette méthode a donné des résultats concluants, selon des chercheurs britanniques du Brighton and Sussex Medical School (BSMS), en Angleterre. 

D’après leurs recherches, menées auprès de 54 arachnophobes, l’intensité d’une phobie déclinerait lorsque l’exposition au stimulus coïncide avec les battements du cœur. Autrement dit, pour avoir moins peur des araignées, des clowns ou des piqûres, par exemple, il vaudrait mieux être en contact avec ce qui provoque cette réaction, et ce, au rythme où notre cœur bat.

via GIPHY

Les chercheurs ont en effet exposé les participants à des photos d’araignées. Dans un premier groupe, les images apparaissaient chaque fois que l’ordinateur captait le pouls du participant. Dans le deuxième, elles s’affichaient entre deux battements et dans le troisième, elles apparaissaient à un rythme aléatoire.

Résultat : les arachnophobes du premier groupe ont présenté une réduction plus importante de leur effroi que leurs homologues des autres groupes. Cela dit, 76 % de tous les participants ont connu une certaine diminution de leur peur après l’expérience — preuve que toute exposition est bénéfique pour apprendre à contrôler sa peur.  

Votre phobie provoque les rires ou les soupirs de votre entourage ? « Follow your heart », comme le chantait le groupe… Scorpions !


Vous aimerez aussi