Retour

Les virus sont maintenant plus mortels pour les hommes que pour les femmes

Les hommes qui sont infectés par le virus de la tuberculose sont une fois et demie plus à risque d’en mourir que les femmes qui ont contracté la maladie. Ils sont aussi cinq fois plus susceptibles que les femmes de développer un cancer lorsqu’ils sont contaminés par le virus du papillome humain. Et des chercheurs britanniques croient que les lois de l’évolution expliquent cette disparité.

Selon ces chercheurs de l’université de Londres, les micro-organismes pathogènes auraient évolué de façon à préserver les femmes parce qu’elles sont plus propices à leur survie que les hommes.

En effet, les femmes « disposent » de plus de moyens que les hommes de transmettre les microbes dont elles sont porteuses : elles peuvent en contaminer leur enfant lors de l’accouchement et pendant l’allaitement. C’est ce qui expliquerait que les versions des micro-organismes pathogènes qui tendent à épargner les femmes aient été favorisées par l’évolution.

L’étude qui a mené à cette conclusion a fait l’objet d’un article dans la revue Nature Communications.

 

Commentaires