Retour

10 découvertes qui ont marqué la science en 2016

Des greffes d’organes aux nouvelles technologies en passant par l’exploration spatiale, 2016 a eu son lot de découvertes et de rebondissements au plan scientifique. Voici 10 des plus grandes avancées scientifiques de l'année, dont certaines qui n’auront sans doute pas fini de faire parler d’elles en 2017.

Changer le dioxyde de carbone… en pierre

CarbFix

Sandra O Snaebjornsdottir

La lutte aux changements climatiques pourrait avoir un nouvel allié. Un projet en provenance d’Islande du nom de CarbFix permettrait de capturer le dioxyde de carbone pour le transformer… en pierre. Comment? En injectant le CO2 dans des couches de basaltes (roches volcaniques). C'est ainsi qu'une centrale électrique islandaise a vu ses émissions de dioxyde, qui avaient été piégées dans la roche volcanique, transformées à 95 % en calcite au bout de deux ans.

S'il ne s’agit pas d’une solution miracle, elle pourra du moins contribuer à limiter l'impact des activités humaines sur l’environnement et inspirer d’autres projets du même genre.

Le cochon pourra bientôt sauver des vies...

Porcelets

Dusan Petkovic / Shutterstock

La xénotransplantation - c’est-à-dire la greffe d’organes, cellules ou tissus d’une espèce à une autre - pourrait bien pallier au manque de donneurs d'organes d'ici quelques années. En 2016, des chercheurs sont du moins parvenus à transplanter des cœurs de porcs - altérés génétiquement pour diminuer les risques de rejet - chez des babouins. Ces derniers ont survécu jusqu'à 945 jours, soit près de trois ans, après la greffe, un record qui laisse entrevoir un brillant avenir pour les xénogreffes.

La planète ''habitable'' de Proxima Centauri b

Représentation de Proxima Centauri b

ESOM. Kornmesser via Wikimedia Commons

Si plusieurs envisagent un jour fouler le sol martien, certains rêvent déjà de coloniser Proxima Centauri b. Découverte cette année par l’équipe du projet Pale Red Dot, Proxima b est l’exoplanète (en dehors de notre système solaire) connue la plus rapprochée de la Terre. Située à 4,2 années lumières, elle pourrait potentiellement accueillir la vie. La température à sa surface laisse du moins envisager la présence d'eau liquide à sa surface; un élément essentiel au développement de la vie. Néanmoins, on ne s'emballe pas trop vite: encore faut-il pouvoir s'y rendre et s'assurer que la planète ne soit pas verrouillée gravitationnellement... À suivre!

La table de Mendeleïev s’agrandit 

Tableau périodique des éléments

The International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC)

Le tableau périodique des éléments, aussi connu sous le nom de table de Mendeleïev, accueille officiellement quatre nouveaux venus. La dénomination de ces éléments chimiques a finalement été approuvée cette année par l’UICPA, l’Union internationale de chimie pure et appliquée. Observés grâce à l’utilisation d’accélérateurs de particules, ces éléments ont aussi officiellement été nommés: le Nihonium, le Moscovium, le Tennessine et l’Oganesson. 

SpaceX réussit son atterrissage en mer 

Atterrissage de la fusée SpaceX

flickr.com/photos/spacex

Bien que la compagnie SpaceX ne soit pas la seule à développer des technologies pour diminuer les coûts de l’exploration spatiale, elle est la première à avoir accompli avec succès un atterrissage en mer. Outre la prouesse technique, l'atterrissage en mer permettrait une économie importante en carburant... mais pas seulement. Elle permettrait également de récupérer une partie des fusées et d'effectuer des économies d'autant plus substantielles. La technique pourrait d'ailleurs carrément changer la façon dont se fait le lancement des satellites.

Des panneaux solaires… de pluie

Pluie sur panneaux solaires

Workretro / Shutterstock

Et si les panneaux solaires pouvaient produire de l’énergie même quand il pleut? C’est le projet de chercheurs de deux universités chinoises: l’Ocean University of China et la Yunnan Normal University. Ensemble, ils ont mis au point un prototype de panneau solaire capable de générer de l’électricité à partir des gouttes de pluie tombant sur sa surface. Grâce à une fine couche de graphène - un matériau résistant et conducteur d’électricité – le panneau exploite les ions présents dans le sel (ammonium, calcium, sodium) retrouvés dans l’eau. Même si cette technologie est moins performante que celle d'un panneau solaire régulier, son utilisation pourrait s’avérer attirante pour les régions au climat pluvieux, comme le Royaume-Uni.

CRISPR/Cas9: les ''ciseaux génétique'' continuent d’impressionner

ADN

Erick Rumualdo Bustos Ortega via via Wikimedia Commons

Désignée comme la découverte scientifique de l'année 2015 par la revue Science, la méthode CRISPR/Cas9 n’a pas cessé d’épater la communauté internationale en 2016. Permettant de modifier les gènes directement dans l’ADN, cette intervention génétique ouvre un monde de possibilités. L’an dernier, une équipe de chercheurs avait notamment réussi à stopper la myopathie de Duchenne chez une souris. Cette année, des scientifiques chinois ont appliqué CRISPR/Cas9 sur un patient dans l’espoir de le guérir de son cancer. Si les résultats de l’intervention génétique sont toujours attendus, il est clair que cette technique d'édition du génome pourra transformer notre façon de traiter nombre de maladies.

Un tétraplégique retrouve l’usage de ses mains

Ian Burkhart

Ohio State University Wexner Medical Center/Batelle

Avec l’aide d’un implant au cerveau, un homme tétraplégique, Ian Burkhart, a pu retrouver l'usage de ses doigts. Un implant cérébral, connecté à un ordinateur et relié à des électrodes sur son avant-bras, lui permet de traduire sa pensée en gestes. Grâce à un outil électronique, les chercheurs ont pu reconnecter artificiellement son cerveau à sa main. Il peut même effectuer des mouvements précis - et jouer à des jeux tels que Guitar Hero. Cette recherche, effectuée par des scientifiques de l’Ohio State University, constitue une énorme avancée vers l’objectif de redonner de l’autonomie aux personnes paralysées.

Les ondes gravitationnelles prédites par Einstein détectées!

Représentation des ondes gravitationnelles

Caltech / Ligo

Les ondes gravitationnelles telles qu'Einstein les avait prédites dans sa théorie de la relativité générale en 1916, ont enfin pu être détectées.

LIGO a entendu les vibrations de l’espace-temps produites par la collision de deux trous noirs, pouvait-on lire dans la revue Nature en février dernier.

Cette découverte rendue possible grâce à l'observatoire LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory) pourrait annoncer le début d’une nouvelle ère en astronomie. Les chercheurs pourront en effet observer l'univers d'un nouvel angle et en apprendre davantage sur les débuts du cosmos, l’expansion de l'univers, les trous noirs et bien d’autres phénomènes physiques encore mystérieux.

À la poursuite de la 9e planète

Représentation artistique de la neuvième planète

Tomruen, nagualdesign - Wikipédia

Dans les confins du système solaire, au-delà de l’orbite de Neptune se cacherait la neuvième planète. Surnommée "Phattie", on la soupçonne d’avoir une masse d'environ dix fois celle de la Terre et de perturber les astéroïdes de la ceinture de Kuiper en raison de sa forte taille. Toutefois, malgré la rigueur des travaux de recherche de Mike Brown et Konstantin Batygin du Caltech suggérant sa présence, il faudra l’observer directement pour en confirmer l’existence une fois pour toutes. D’ici là, la chasse à la 9e planète se poursuit...

Commentaires