Retour

22,5 % de locaux commerciaux vacants au centre-ville de Calgary

Le centre-ville de Calgary bat des records de taux de vacance avec 22,5 % de ses locaux commerciaux libres, comparativement à 14,3 % à pareille date, l'an passé.

Dans la banlieue de Calgary, 22,2 % des espaces commerciaux sont inoccupés, selon les données de novembre de la division du développement économique de la municipalité.

L’association commerçante du centre-ville, Downtown Calgary, estime que près de 30 000 emplois ont été perdus au coeur de la métropole albertaine dans les dernières années. Entre 2015 et 2016 seulement, le taux de chômage est passé de 6,9 % à 10,2 %, ce qui représente 10 800 emplois en moins, selon les données de la Ville de Calgary. Cette donnée expliquerait en partie la diminution de la consommation.

« Quand [ces gens] ne sont pas au centre-ville sur une base régulière, ils ne fréquentent pas les boutiques et les restaurants, ce qui donne un coup dur à l’économie. Pour ceux qui travaillent toujours, ils ne dépensent pas [autant] qu’avant. Ça a donc été extrêmement difficile pour les propriétaires de commerces », affirme la directrice générale de Downtown Calgary, Maggie Schofield.

Pour plusieurs commerçants, les emplettes du temps des Fêtes feront la différence entre continuer ou mettre la clé sous la porte.

Nous encourageons les gens à faire un effort pour encourager les commerçants du centre-ville, surtout que plusieurs de ces personnes sont vos voisins et vos amis, et qu’ils ont un emploi. [...] Nous voulons s’assurer qu’ils soient là pour le long terme. [...] C’est important que les gens sortent et supportent leurs commerces locaux

Maggie Schofield, directrice générale de Downtown Calgary

La copropriétaire de A Vintage affair, Bonnie Barber, a vu plusieurs de ses voisins fermés boutiques dans les derniers mois.

« Plusieurs de nos voisins ont fermé. [...] Il y a un local de 557 métres carrés vides devant notre magasin. Personnellement, nous nous en sortons bien, mais nous avons une offre unique et des prix abordables. [...] Les commerces ayant fermés étaient tous dans le créneau du haut de gamme. Avec la conjoncture économique, les gens attendent les soldes », estime Mme Barber.

À long terme, des changements devront être faits pour assurer la pérennité de la vie commerciale au coeur de la Ville de Calgary.

« Nous devons d’abord diversifier notre économie. Ç’a été une priorité pour divers paliers de gouvernement, ainsi que pour la communauté. [...] Parce que les gens ont besoin d’emplois. Ça prend aussi des habitations dans le secteur pour pouvoir soutenir les commerces de soir, les restaurants, les boîtes de nuit et pub, ce genre de choses. Ils ont besoin que les gens puissent s’y rendre en marchant », conclut Mme Schofield.

Plus d'articles

Commentaires