Retour

25 % de contenu local pour soutenir Bombardier La Pocatière, promet le chef du PQ

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a réitéré son engagement d'instaurer un seuil minimal de contenu local dans l'octroi des contrats publics lors de son passage à l'usine Bombardier de La Pocatière, jeudi soir.

M. Lisée soutient qu'il est possible d'imposer un seuil minimum de contenu local de 25 % sans nuire à l'indépendance de la Caisse de dépôt et de placement du Québec. Cette mesure permettrait, selon lui, d'assurer la pérennité de l'usine Bombardier de La Pocatière et des emplois qui y sont rattachés.

En février dernier, on apprenait que le contrat de construction et de conception du Réseau express métropolitain (REM) de Montréal n'avait pas été octroyé à Bombardier, ce qui compromet des centaines d'emplois à moyen terme, à La Pocatière.

Éviter les mises à pied cet automne

Afin d'éviter des mises à pied lorsque le contrat des trains AZUR sera terminé, M. Lisée propose, à l'instar du premier ministre Couillard, que la Société des transports de Montréal (STM) accélère la commande de nouveaux trains pour le métro de Montréal.

« Si j'étais premier ministre, je trouverais un moyen de faire le pont pour accélérer les commandes de la STM. [...] On a un intérêt à maintenir l'expertise ici en attendant d'autres commandes de matériel roulant », a affirmé le chef péquiste.

D'après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher