Retour

À peine commencée, la saison des fraises s'achève déjà

Au Manitoba, la combinaison d'un automne très froid, d'un faible manteau de neige hivernal et de fortes chaleurs ces dernières semaines, a donné lieu à une saison raccourcie pour la fraise, qui devrait disparaître des étals d'ici la semaine prochaine.

Au milieu du champ de fraises où des dizaines de personnes sont affairées à la cueillette, Kenzi croque dans un fruit bien mûr, les yeux brillants.

« C’est vraiment bon », dit la fillette, venue ramasser un panier de fraises avec sa grand-mère, Michelle Gauthier, à la ferme Prairie Berry de Glenlea.

D’un bout à l’autre du champ, le constat de cueilleurs du jour est le même. Les fraises cette année sont « délicieuses », « sucrées, mais pas trop », « juteuses »… mais surtout, plus petites.

Excellente saison, mais de courte durée

Jennifer et Matthieu Turenne, les propriétaires de cette ferme qui consacre cette année 9 acres au fruit phare de l’été, confirment que la saison des fraises sera écourtée.

« La saison est excellente, nous avons beaucoup de fraises, mais avec la chaleur intense des dernières semaines, elles mûrissent beaucoup plus vite. Les années précédentes, la saison durait trois ou quatre semaines, mais cette année, nous avons commencé le 30 juin et nous n’irons pas plus loin que cette semaine », explique Mme Turenne.

Une saison raccourcie d’une semaine, au moins, c’est aussi ce qu’envisage Angie Cormier, la directrice générale de l’association Prairie Fruits Growers.

« Nous faisons pousser des fraises depuis 13 ans et aucune saison ne ressemble à une autre, mais il est vrai qu’une sécheresse comme celle que nous avons connue au printemps, nous n’en avions pas connu depuis au moins 10 ans », dit-elle.

Selon elle, il faut remonter à l’automne dernier pour comprendre pourquoi cette saison est particulière.

Trop froid, pas assez de neige...

« Il a fait froid très tôt et certains cultivateurs ont connu des pertes hivernales plus importantes que d’autres, en fonction de leur secteur géographique, détaille-t-elle. Ensuite, le manteau de neige, qui protège les plants durant l’hiver puis fournit en fondant l’eau nécessaire à la croissance des plantes, n’a pas été assez conséquent. »

Paradoxalement, la chaleur des dernières semaines, si elle a permis de faire mûrir les fruits et de leur donner leur goût caractéristique, a aussi une incidence sur la durée de la saison.

« Les grosses chaleurs ramollissent les fruits et transforment les fruits en confiture dans le champ même », constate Colin Rémillard, gérant et copropriétaire des Jardins Saint-Léon, à Saint-Boniface.

Chaque jour, Colin Rémillard constate que les fraises sont en rupture de stock.

« C’est un des produits les plus populaires, dit-il. Avec les nouvelles variétés qui sont développées, on s’attendait à une saison normale en terme de longueur, mais finalement, elle devrait se terminer cette semaine. Ce qui est un peu un choc, mais c’est aussi ça, la nature du marché local. Il faut savourer chaque saveur de l’été parce que tout est éphémère, au Manitoba. »

Que les gourmands se rassurent, après les fraises, la saison des framboises, suivie des celle des myrtilles, ne devrait pas tarder.

Avec des informations de Mathilde Monteyne

Plus d'articles