Retour

Accord économique et commercial avec l'Union européenne, quelle est la place de l'Ontario?

Plusieurs membres de la Chambre de commerce France-Canada de l'Ontario se sont rencontrés pour la première fois jeudi soir à Toronto afin de présenter les résultats d'une étude sur les possibilités qu'offre l'Accord commercial entre le Canada et les pays de l'Union européenne. Au coeur de ces discussions, les occasions d'affaires, la mobilité professionnelle et l'immigration francophone en Ontario.

Un texte de Cristèle Magnout

L'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et les 28 pays de l’Union européenne est en vigueur depuis septembre 2017.

Cet accord de libre-échange « réduit quasiment à rien les tarifs douaniers entre l’UE et le Canada » d’après Marc Trouyet, consul général de France à Toronto, associé à l’événement.

L'accord prévoit faciliter les procédures d’immigration pour les hommes d’affaires, pour les investisseurs et pour les salariés des entreprises européennes qui désirent venir s'installer en Ontario, notamment en simplifiant les procédures administratives pour faire venir des travailleurs qualifiés.

La Chambre de commerce France-Canada de l'Ontario, créée en novembre 2017, a un rôle d’information et d’accompagnement dans le cadre des échanges de l’AECG, car « elle doit mieux faire connaître les possibilités existantes aux entrepreneurs ontariens pour avoir recours et faire venir de la main-d’oeuvre francophone », ajoute Marc Trouyet.

Le diplomate français souligne qu'il y a des occasions pour les entrepreneurs de l'Ontario qui souhaitent accéder au marché européen.

Plus d'articles

Commentaires