Retour

Achalandage accru à l'aéroport de Forestville en juin

L'aéroport de Forestville prévoit vendre 105 000 litres de carburant pendant le mois de juin. C'est presque trois fois plus que l'an dernier pour la même période.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

Depuis quelques semaines, plusieurs appareils décollent et atterrissent sur la piste de l'aéroport chaque jour. « Il y a une augmentation claire pour cette année », affirme la mairesse de Forestville, Micheline Anctil.

En plus des visiteurs habituels, des entreprises sous-traitantes d'Hydro-Québec s'activent dans le secteur. La Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) commencera aussi bientôt l'épandage d'insecticide pour contrer la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Trafic aérien

Les pilotes doivent se coordonner à l'approche du petit aéroport. « Je m'annonce à cinq miles en route vers Forestville pour le carburant. S'il y en a un qui est à deux miles, il va atterrir et laisser de la place », explique Alain Rioux.

Ceux qui sont aux commandes des avions et des hélicoptères sont habitués à un tel trafic aérien, mais c'est plutôt inhabituel pour les citoyens de Forestville.

Profits en hausse

La Municipalité, qui est propriétaire du petit aéroport, se réjouit de cet achalandage.

« Plus on a de revenus, plus ce sera facile pour nous à ce moment-là de bien l'entretenir et d'y investir au lieu d'aller refouler la facture dans les poches des contribuables », souligne la mairesse.

L'aéroport n'a pas toujours été rentable depuis que la Municipalié l'a acquis en 2001, mais les prévisions sont bonnes pour cette année.

Plus d'articles

Commentaires