Quatre tournages se déroulent à Winnipeg en ce moment, dont celui de la série américaine de science-fiction Channel Zero et celui de la série canadienne Burden of Truth.

Un texte de Denis-Michel Thibeault

« On est extrêmement occupés », affirme la directrice générale d’On Screen Manitoba (OSM), Nicole Matiation. Le mandat de son organisme est d'encourager l'industrie du film en favorisant la production au Manitoba, de la part de maisons de production aussi bien étrangères que locales.

Chaque année, dit-elle, en moyenne presque 70 productions sont tournées dans la province, en tout ou en partie. Comme pour les films Capote, Shall We Dance?, Goon ou New in Town, tous tournés au Manitoba, les maisons de production utilisent souvent des lieux bien connus comme arrière-plan.

Une histoire d’argent et de sites

Mais qu’est-ce qui attire les producteurs au Manitoba?

« Ils vont regarder deux choses, souligne Mme Matiation. D’abord, un lieu qui va leur donner le look qu’ils cherchent et aussi un endroit qui a les incitatifs nécessaires pour entrer dans leur budget. »

Or, Ottawa et Winnipeg offrent d’importants crédits d’impôt, permettant de rembourser jusqu’à 45 % des salaires et 30 % des coûts de production.

Ensuite, ce sont les lieux de tournages qui sont importants. Chaque endroit est choisi soigneusement.

« Chaque histoire va avoir besoin d’un lieu unique », explique Nicole Matiation.

Elle ajoute qu’il n’est pas rare de voir des paysages ou des bâtiments devenir des « personnages »; les producteurs de films sont donc à la recherche d’endroits uniques pour leurs films.

À Winnipeg, le Palais législatif est un des endroits recherchés, ainsi que certaines maisons comme celle du 524, croissant Wellington.

Cependant, Nicole Matiation explique qu’il s’agit plutôt d’une affaire de quartier. « Il y a des quartiers en entier qui [offrent une homogénéité permettant] de tourner plusieurs prises de vue. »

Le quartier de la Bourse est toujours en grande demande en raison de son architecture, tout comme le quartier River Heights avec ses grandes maisons, mais « il y a d’autres quartiers où l’architecture est conséquente et représente une certaine période », ajoute-t-elle.

Les quartiers comme Riverview ou Transcona, par exemple, intéressent les compagnies de production.

« Il faut prendre en considération le design et le look des bâtiments, mais aussi l’espace. Est-ce qu’il y a assez d’espace pour contenir l’équipe? Est-ce que des bruits ambiants vont être embêtants? Il y a un certain nombre de lieux qui vont fonctionner, on le sait, et où nous avons tendance à retourner », explique la directrice générale d’OSM.

Une industrie en croissance

Ces bâtiments déjà bien connus des Manitobains pourront être vus par encore plus de personnes partout dans le monde, en raison de l'importance des tournages qui s'y déroulent.

Des études conduites par OSM démontrent que, si le nombre de productions reste stable depuis quelques années, les tournages sont en revanche plus ambitieux.

Nicole Matiation précise qu’en 2013, une étude économique démontrait qu’environ 100 millions de dollars étaient dépensés en moyenne chaque année au Manitoba pour la production de films, de séries, de courts métrages et de documentaires. En 2017, on parlait de 129 millions de dollars et, selon elle, 2018 pourrait s'avérer encore plus intéressant.

Entre 65 et 69 productions sont filmées au Manitoba chaque année. Pour Nicole Matiation, plus il y aura de camions de tournage dans les rues de la province, mieux l’économie et l'industrie se porteront.