Retour

Agriculture : les programmes d’assurance « pas tout à fait adaptés », dit Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec s'est arrêté sur une ferme d'Hébertville-Station, jeudi, afin de rencontrer les agriculteurs jeannois touchés par la tempête de grêle du 21 juillet et tenter de trouver des pistes de solutions pour compenser leurs pertes.

Certains d'entre eux ont vu leur récolte complètement ravagée. Des résidences et des voitures ont aussi été endommagées lors de cet épisode de grêle.

« À plus long terme, il est clair qu’il y a des changements climatiques, il y a des changements dans l’agriculture, qui font en sorte que les programmes actuels d’assurance ne sont pas tout à fait adaptés », a affirmé le premier ministre.

Des agriculteurs inquiets

William Villeneuve et son père Jean, producteurs biologiques de cultures émergentes comme le chanvre et le lin, espèrent voir des améliorations. Leur type de culture n’est pas assurable auprès de la Financière agricole.

« On se fait demander de se différencier des autres pour produire ce type de cultures, mais il faudrait au moins qu’on ait un appui pour être assuré, ça nous rassurerait beaucoup », explique William Villeneuve de Saint-Gédéon.

« Moi, je suis un jeune de la relève. On est rare », mentionne-t-il. « Si l'on veut garder la motivation, ça nous prend des aides financières pour des situations exceptionnelles comme il s’est produit dernièrement », ajoute-t-il.

D’ici là, certains agriculteurs devront éponger des pertes de plusieurs centaines de milliers de dollars.

D'après le reportage de Sarah Pedneault

Plus d'articles

Commentaires