Retour

Alberta : 40 millions de dollars pour soutenir les travailleurs du charbon

Les travailleurs touchés par l'élimination de l'industrie du charbon bénéficieront d'un soutien au revenu pour faciliter leur transition à la retraite ou vers de nouveaux emplois.

Un texte de Danielle Kadjo

Le Canada veut fermer toutes les centrales au charbon au pays d'ici 2030, pour lutter contre les changements climatiques. Le gouvernement albertain a ainsi annoncé la création d’un nouveau fonds pour aider les travailleurs concernés. Cette mesure touche environ 2000 personnes, selon le gouvernement.

Deron Bilous, ministre du Développement économique et du Commerce, affirme qu’il est important de soutenir les travailleurs et leurs familles alors que leur pays se détourne du charbon.

« Les travailleurs s’adaptent à cette approche : il est de notre devoir de veiller à ce que ce fonds puisse les aider à gagner leur vie et à subvenir aux besoins de leur famille », dit-il.

Christina Gray, ministre du Travail, a ajouté qu’elle était consciente que l’abandon du charbon a créé beaucoup d’incertitudes, mais qu’en aucun cas, les travailleurs ne devraient être considérés comme des laissés-pour-compte.

Une demande de révision de l’assurance-emploi

Le gouvernement de l’Alberta estime qu’il doit être proactif et demande au gouvernement du Canada de s’impliquer davantage afin de faciliter cette transition.

L’Alberta demande, entre autres, aux libéraux de réviser les politiques en matière d’assurance-emploi.

Les néo-démocrates suggèrent que cette nouvelle injection de 40 millions de dollars soit prise en compte par le fédéral comme une complémentarité du programme actuel d’assurance-emploi. Les travailleurs pourront ainsi bénéficier des deux prestations.

Parallèlement, les autorités albertaines demandent l’extension de la couverture d’assurance-emploi de 45 semaines à 72 semaines. Une telle stratégie permettrait aux travailleurs de toucher environ 75 % de leur salaire actuel.

Emilie Gauduchon-Campbell, attachée de presse du cabinet du ministre fédéral de la Famille, des Enfants et Développement social, assure que la situation est suivie de près. Elle ajoute aussi que le gouvernement du Canada continuera de travailler avec la province pour assurer que les travailleurs albertains aient le soutien nécessaire.

Des mesures supplémentaires

En plus du fonds annoncé, le gouvernement de l’Alberta fournira aux travailleurs un appui connexe.

Ceux-ci bénéficieront d’un soutien direct du ministère du Travail qui les rencontrera afin d’évaluer les différents programmes d’accompagnement qui s'offrent à eux.

Des séances d’informations et de mentorat seront également mises à leur disposition pour les aider dans la recherche de nouveaux emplois.

Par ailleurs, une variété de cours de certification professionnelle sera offerte. Des bons d’études seront également accessibles pour tous ceux qui souhaitent retourner aux études. Ceux-ci pourront couvrir des dépenses telles que les frais de scolarité, l’achat de livres et autres frais obligatoires.

Le pouls de différentes municipalités touchées

Herb Castle, maire de Grande Cache, dans l’ouest de l’Alberta, explique que cela fait plus de deux ans que la mine de sa municipalité a fermé ses portes. Il affirme que cette fermeture a entraîné la perte de 300 emplois dans la communauté et des répercussions importantes sur l’économie de la ville.

Il a salué l’initiative du gouvernement albertain. Selon lui, les travailleurs touchés ne devraient pas être pénalisés par la disparition de l’industrie du charbon.

Chris Warwick, maire de Hanna, dans le sud de la province a également félicité le gouvernement. Ce sont près de 200 emplois qui ont été perdus dans sa municipalité. Le maire redoute toutefois un exode de sa main-d'oeuvre plus qualifiée vers les grandes villes.

Plus d'articles

Commentaires