Retour

Anticosti : la CAQ inquiète que Québec perde un partenaire étranger

La Coalition avenir Québec (CAQ) s'inquiète de voir Québec perdre un partenaire étranger dans le projet d'exploration des hydrocarbures à l'île d'Anticosti.

Le partenaire français de Québec dans ce projet, Maurel & Prom, a mandaté un lobbyiste pour connaître les réelles intentions du gouvernement quant au respect de son contrat avec Hydrocarbures Anticosti. La compagnie s'inquiète des récentes déclarations du gouvernement Couillard, qui a, à plusieurs reprises, affirmé son opposition au projet.

Ce climat d'incertitude a fait réagir l'opposition. Le chef de la CAQ croit que Philippe Couillard continue d'envoyer un très mauvais message aux investisseurs étrangers.

Les tensions demeurent vives entre Québec et Pétrolia

Hydrocarbures Anticosti attend toujours de recevoir le certificat d'autorisation pour réaliser la deuxième et dernière phase des travaux exploratoires sur l'île d'Anticosti.

C'est un retard dans l'ensemble du processus qui a forcé la société en commandite Hydrocarbures Anticosti à reporter à 2017 les travaux de fracturation hydraulique qu'elle souhaitait réaliser cet été. 

De son côté, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, prétend que ce retard est en partie causé par Pétrolia, qui n'a pas fourni tous les renseignements nécessaires pour une analyse complète du dossier.

Pour sa part, Pétrolia réfute ce point de vue et affirme plutôt que c'est le gouvernement qui n'aurait pas respecté le calendrier des travaux, malgré un engagement du ministère de l'Environnement.

Le premier ministre continue toutefois de dire que Québec va respecter le contrat qui le lie à ses partenaires.

« Il y a des certificats d'autorisation qui ont été demandés par les entreprises, là, on ne s'ingère pas du tout politiquement là-dedans. C'est le ministère de l'Environnement qui décidera », ajoute Philippe Couillard.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre

Plus d'articles

Commentaires