Retour

Après Énergie Est, le Nouveau-Brunswick mise sur le transport ferroviaire

La fin du controversé projet Énergie Est laisse le champ libre à autre projet pétrolier : celui de Chaleur Terminals à Belledune au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Camille Martel

Son vice-président, John Levson, a indiqué vendredi qu'avec une entente commerciale, le projet pourrait être, littéralement, sur les rails d'ici un an et demi.

Le projet qui devait être une alternative au Port de Cacouna au Québec est en attente depuis 2015, faute de contrats commerciaux avec les entreprises pétrolières.

Chaleur Terminals estime qu'avec l'abandon du projet de pipelines d'Énergie Est, les pétrolières pourraient se diriger vers le transport ferroviaire. L'entreprise avait mentionné en juin dernier à Radio-Canada que le fait que les projets d'oléoducs comme Énergie Est tarde à être approuvé signifiait que les producteurs pétroliers n'auraient d'autres choix que de se tourner vers le transport sur rail.

Les experts se montrent moins optimistes

Toutefois, les experts ne croient pas que le transport ferroviaire reprendra du galon de sitôt. « Le pétrole qui devait être produit ne le sera pas finalement », a affirmé Pierre-Olivier Pineau, professeur et expert du secteur de l'énergie à HEC Montréal.

Selon lui, les pétrolières albertaines n'auront pas besoin d'autres moyens de transport pour exporter leur pétrole puisque l'offre est trop grande et la production a diminué dû aux faibles prix du baril de pétrole. Ceux-ci se situent désormais autour de 49 $US, comparativement à 100 $US avant la chute des prix du pétrole en 2014.

Même son de cloche pour le politologue Frédéric Boily de l'Université de l'Alberta : « Si le projet de Trans mountain va de l’avant et surtout celui de Keystone XL, le transport par le train devrait demeurer constant ». Ce dernier explique que dans le contexte actuel, l'augmentation du transport ferroviaire est peu probable puisque les profits potentiels sont moindres. C'est d'ailleurs, selon lui, la raison pour laquelle TransCanada a abandonné le projet d'Énergie Est.

Le transport ferroviaire de retour à la normale

Selon Statistique Canada, le transport ferroviaire du pétrole est de retour à la normale après avoir dramatiquement chuté à l'été 2016, possiblement dû aux incendies qui ont ravagé la région de Fort McMurray en Alberta.

En juillet 2017, 11 945 wagons ont transporté du mazout et du pétrole au pays, comparativement à 11 844 en juillet 2013, date de l'incident de Lac-Mégantic.

Toutefois, les prix du pétrole sont toujours trop bas pour que les pétrolières envisagent sérieusement le transport ferroviaire selon Pierre-Olivier Pineau. Il indique que le transport par train d'ouest en est du pays pourrait coûter entre 20 $ et 30 $ le baril. Or, le prix de la ressource se situe actuellement à plus ou moins 50 $ le baril et le coût de production des sables bitumineux en Alberta se situe entre 30 $ et 40 $ le baril.

Plus d'articles

Commentaires