Les Fêtes apportent leur lot de réjouissances, mais, pour plusieurs, c'est aussi synonyme de stress financier, voire d'endettement.

Avec le coût des cadeaux, des repas, des déplacements, les ménages accumulent de nombreuses factures, et certains peinent à s'en tenir au budget initialement prévu.

Le directeur de l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) de la Péninsule, Jean-Mathieu Fortin, remarque que la pression sociale peut mener à la surutilisation du crédit. « Nos pairs, notre famille [demandent] : "qu'est-ce que t'as acheté à untel pour Noël? Moi, j'ai acheté ça. Toi, qu'est-ce que tu vas acheter pour untel?" », illustre M. Fortin.

C'est une consommation qui est très émotive dans le temps des Fêtes.

Jean-Mathieu Fortin, directeur de l’Association coopérative d’économie familiale de la Péninsule

Selon le Conseil québécois du commerce de détail, les Québécois prévoyaient dépenser, en moyenne, 634 $ pour leurs achats du temps des Fêtes cette année. Ce montant varie peu d'année en année, même si le taux d'endettement des Québécois est en constante progression depuis 15 ans.

D’après le reportage d’Émilie Hamon.

Plus d'articles

Commentaires