Retour

Après un an, « objectifs atteints » pour les Premium Outlets Montréal

Les objectifs étaient ambitieux : entre 4 à 5 millions de visiteurs espérés, des ventes annuelles projetées de 140 millions de dollars. Et voilà qu'an après l'ouverture des Premium Outlets Montréal, à Mirabel, la direction du centre commercial crie victoire.

Un texte de Francis Labbé

« Nous ne dévoilerons pas nos chiffres, mais nous avons dépassé les millions de visiteurs », affirme Sylvie Laporte, directrice générale des Premium Outlets Montréal. « Nos clients proviennent du Grand Montréal, mais aussi d'ailleurs au Canada et du nord des États-Unis. La valeur du dollar américain nous favorise », explique-t-elle.

« De grandes bannières se sont jointes à nous, ce qui satisfait notre clientèle », poursuit Mme Laporte. « Nous avons accueilli Gucci et Hugo Boss un peu plus tôt cette année, Lacoste aussi. Et aujourd'hui même, K-Way et Under Armour ouvrent leurs portes. Ça fait une grosse différence. Les gens attendaient ces marques-là. »

Des doutes au départ

Pour Jean-François Grenier, directeur du groupe-conseil Altus, spécialisé en développement immobilier, les Premium Outlets ont gagné leur pari.

Il y a un an, M. Grenier soulignait que le centre de Mirabel avait attiré moins de grandes marques de prestige que le centre Premium Outlets de Toronto, mais depuis, il a modifié son avis.

« Les espaces locatifs sont pratiquement tous remplis et des biens haut de gamme. Je crois que l'expérience a été concluante et que les détaillants sont satisfaits de leur implantation. Les choses vont bien », explique maintenant M. Grenier.

De son côté, Stéphane Lalande, de l'organisme Laurentides Économique, affirme que le centre commercial permet de combler un besoin à Mirabel. « Il y avait très peu d'activités commerciales dans cette ville et ça a permis d'attirer une clientèle différente », explique-t-il.

« Les clients viennent de Montréal et même de plus loin et pour nous, c'est extrêmement intéressant. » Quant aux clients que nous avons rencontrés sur place, ils provenaient pour la plupart de Mirabel, de Laval et de Montréal, avec quelques exceptions : de Gatineau et du Vermont.

Plus d'articles

Commentaires