Retour

Aquaponie : la coopérative Aquadie prend forme à Kedgwick

Des entrepreneurs de la région de Kedgwick, au Nouveau-Brunswick, ont décidé de faire un pas de plus vers l'autosuffisance alimentaire de la communauté. Le groupe de quatre amis s'est lancé dans l'aventure de l'aquaponie, c'est-à-dire un jumelage entre la pisciculture et l'hydroponie, et il a mis sur pied la coopérative Aquadie.

Un texte de Kassandra Nadeau-Lamarche

Le garage d'Inuk Thériault ne ressemble présentement à aucun autre de la région. Rempli d'équipements que peu de gens reconnaissent, il sert à la première phase du projet Aquadie.

Inuk Thériault et les trois autres cofondateurs, Guillaume Desjardins, Bobby Girard et Francis Gallant, font de l’aquaponie, une méthode de plus en plus utilisée en agriculture.

« On trouve que l'aquaponie est une méthode plus écologique que pousser en terre, beaucoup plus rapide, et peut-être qu'on pourrait dire plus rentable aussi », explique M. Thériault.

À mi-chemin entre l'hydroponie et l'aquaculture, elle permet l'élevage de différentes espèces de poissons en même temps que la culture de différents légumes; l'un permettant à l'autre de bien se développer.

Inuk et les autres fondateurs de la coopérative ont de grandes ambitions. Ils aimeraient être en mesure d’étendre leur méthode à la grandeur de l’Acadie. Ils ont d’ailleurs récemment reçu un don de 5000 $ de la part de la paroisse de Lamèque qui les aidera dans le développement de la coopérative.

À la recherche de membres

Pour réaliser leur projet, les quatre amis sont présentement en phase de recrutement de membres pour leur coopérative. C'est pourquoi ils s'installent parfois dans les épiceries locales avec leur kiosque de démonstration.

« L'objectif est d'avoir 400 membres à la coopérative, pour avoir un certain montant pour passer à l'étape 3 du projet », explique Guillaume Desjardins.

Le coût de l’adhésion à la coopérative est de 250 $. Les fonds ainsi recueillis permettront aux cofondateurs de se procurer tout l’équipement nécessaire pour passer à la prochaine phase.

Inuk, Guillaume, Bobby et Francis espèrent recruter assez de membres pour procéder aux prochaines phases de leur projet dès le mois de mai. Ils aimeraient être en mesure un jour de produire 10 tonnes de poissons par année ainsi que 10 000 laitues et autres légumes par mois.