Retour

ArcelorMittal investit 500 M$ sur la Côte-Nord en échange d'un rabais d'électricité

L'entreprise ArcelorMittal investit près de 500 millions de dollars dans ses installations minières de la Côte-Nord. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en a fait l'annonce, jeudi, au forum économique de Davos.

Un texte de Charles Alexandre Tisseyre

Cet investissement permettra notamment au géant de l’acier de créer jusqu'à 50 emplois à la mine de Fire Lake, de consolider les emplois en place et de poursuivre les activités aux installations du mont Wright, près de Fermont.

En échange, Québec accorde à l’entreprise un tarif d’électricité préférentiel. Ce rabais est évalué à 60 millions de dollars au cours des 4 prochaines années.

« Ce rabais d’électricité vise à procurer aux grandes entreprises comme ArcelorMittal une marge de manoeuvre qui leur permet d’innover et de se doter des meilleures technologies disponibles afin d’améliorer leur productivité », indique la ministre de l’Économie, Dominique Anglade.

Le premier ministre Philippe Couillard estime qu’ArcelorMittal représente « un important pilier de la croissance économique ». Selon lui, l’investissement stimulera l’industrie minière.

Pour sa part, le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, croit que ces sommes injectées dans la région vont contribuer à la réussite du Plan Nord.

De son côté, le porte-parole d'ArcelorMittal, Paul Wilson, indique que le rabais sur l'électricité accordé à l'entreprise va l'aider à poursuivre les activités « le plus longtemps possible ».

Quant au Syndicat des métallos, qui représente les travailleurs syndiqués, son coordonnateur régional, Nicolas Lapierre, salue l'annonce.

On constate que Québec a exigé des investissements réels en retour des avantages consentis à une multinationale.

Nicolas Lapierre, coordonnateur régional, Syndicat des métallos

La minière emploie 2500 personnes sur la Côte-Nord. En juin dernier, ArcelorMittal a annoncé qu'elle envisageait de cesser ses activités dans la région d'ici 2030, en raison de la baisse du prix du fer et des coûts d'exploitation élevés.

Plus d'articles

Commentaires