Retour

Assurance auto : il faut réviser la loi selon la défenseure des consommateurs

La défenseure du consommateur en matière d'assurance, Michèle Pelletier, presse le gouvernement du Nouveau-Brunswick de réviser sa loi sur les assurances pour prévenir une crise comme celle vécue par la province en 2003, lorsque les primes d'assurance automobile s'étaient emballées.

Michèle Pelletier propose que la loi touchant les assurances soit scrutée à la loupe tous les dix ans dans son premier rapport annuel remis au gouvernement.

« Cela serait une bonne pratique de gestion pour le Nouveau-Brunswick », a-t-elle déclaré en entrevue à l’émission Le Réveil Nouveau-Brunswick de Radio-Canada.

Mme Pelletier cite la Nouvelle-Écosse en exemple. « Cette province a prévu une révision des assurances tous les sept ans. Il est donc possible d’ajouter des protections aux plans d’assurances pour les consommateurs. »

Prime en hausse constante

Au cours des dernières années, au Nouveau-Brunswick, les primes des polices d'assurance ont explosé. « Les assureurs attendent souvent d’être au bout du rouleau pour revoir leurs polices et c’est là qu’on voit des augmentations de 9, 10, 12 et même 15% » Des balises supplémentaires sont nécessaires, selon elle.

Michèle Pelletier explique que le champ est libre pour les assureurs. Un meilleure encadrement s’impose, dit-elle. « Chaque compagnie augmente ses primes en fonction de leurs statistiques. »

Le bureau du défenseur du consommateur reçoit plus de 1200 plaintes par année.

Mme Pelletier croit que le gouvernement Gallant lui prêtera une oreille attentive. « Nous avons eu de bonnes collaborations avec la province et nous aimerions travailler ensemble afin d’améliorer nos lois », conclut-elle.

Plus d'articles