Retour

Au tour de Medavie de perdre son contrat avec la Ville de Moncton

Après Assomption Vie, la Ville de Moncton se sépare d'un autre de ses fournisseurs de services : Medavie. Le conseil municipal a décidé, mardi soir, de ne plus faire affaire avec Croix Bleue Medavie, qui était le fournisseur d'assurances pour les employés de la ville.

Depuis près de 16 ans, Croix Bleue Medavie était l'un des fournisseurs du régime d'assurance collective des employés de la municipalité.

La décision de la ville concerne l'assurance vie de base pour ses employés, l'assurance invalidité de longue durée, l’assurance dentaire et l’assurance maladie complémentaire.

Il s’agit de la deuxième entreprise locale qui écartée par la ville en quelques jours, après Assomption Vie.

Un appel d'offres

En août dernier, la Ville de Moncton a lancé un appel d'offres pour renouveler le régime d'assurance collective et le programme d'avantages sociaux de ses employés.

La ville a reçu 10 propositions, dont celle de Croix Bleue Medavie.

En se fondant sur une grille d'évaluation, le département des ressources humaines de la ville a retenu trois fournisseurs : Green Shield Canada pour les soins médicaux et les soins dentaires, Sun Life Financial pour l’assurance vie et invalidité de longue durée et SSQ Groupe financier pour l’assurance en cas de décès ou de mutilation par accident.

Selon les documents de la ville, les avantages sociaux des employés coûtaient environ 4,52 millions de dollars par année.

Le nouveau programme d'avantages sociaux est évalué à 3,93 millions de dollars. Il s'agit d'une économie de près de 592 000 $ par année.

« Pas de vrai choix », dit la mairesse

La municipalité est assujettie à la Loi sur la passation des marchés publics. Cette loi ne permet pas d'accorder un traitement de faveur à un fournisseur de service, qu’il soit local ou non. Les entreprises qui répondent à l'appel d'offres doivent toutes être soumises au même processus d'évaluation.

La mairesse Dawn Arnold a d’ailleurs invoqué cette loi mardi, en expliquant que le conseil était obligé de la respecter. Il ne disposait pas « d’un vrai choix », a-t-elle dit.

L'entreprise se dit tout de même déçue. « Nous sommes déçus que la ville décide de ne pas renouveler notre contrat étant donné notre empreinte locale et tous nos employés qui vivent à Moncton », lance David Adams, directeur de marché pour la région de l'Atlantique chez Croix Bleue Medavie.

Sept conseillers ont voté en faveur de la proposition de l'administration municipale.

Le conseiller municipal Blair Lawrence croit que la ville a été transparente et rigoureuse dans le dossier. « C’est pas qu’on ne fait pas confiance [à Medavie]. Comme conseiller, je crois que j’ai une obligation de vérifier : est-ce que nous recevons ce qui est vraiment le meilleur service pour nos employés et également pour nos contribuables? »

Le seul aspect de la question qui le dérange, c'est le fait que le dernier appel d'offres pour l'assurance collective datait de 2002. Il croit malgré tout que la ville a pris la bonne décision.

Les conseillers Greg Turner, Shawn Crossman, Susan Edgett et Paullette Thériault ont voté contre la proposition.

Paulette Thériault croit la ville envoie un drôle de message. Elle rappelle aussi que la semaine passée, c'était Assomption Vie qui perdait son contrat avec la Ville de Moncton.

La conseillère croit que dans un contexte de mondialisation, il faut encourager les entreprises locales, des entreprises qui partagent les valeurs de la population qu’elles desservent. « Moncton c’est une ville avec beaucoup de francophones, qui se préoccupe de l’environnement, donc ces deux employeurs [Medavie et Assomption Vie] adhèrent à notre vision d’une ville, alors que si on va avec des compagnies américaines ou de Toronto, on perd tout ça. »

Depuis une dizaine d'années, c'est une filiale d'Assomption Vie, Placements Louisbourg, qui gérait les fonds de pension de 80 millions de dollars des employés de la ville.

Le conseil a décidé la semaine passée d'accorder ce contrat à deux entreprises de l'extérieur : Blackrock Asset Management, de New York, et Manuvie, de l'Ontario.