Retour

Aucun programme de départ volontaire pour des employés remerciés de Windsor

Des employés du centre d'appel Freedom Mobile, qui fermera ses portes au centre-ville de Windsor le 28 mars prochain, se sentent lésés par leur employeur Shaw Communications, qui leur accorde une indemnité plus faible que celle offerte aux employés ailleurs au pays.

« Les employés de Windsor ne bénéficient que de huit jours d'indemnité de départ pour chaque année de service », explique le président national du Syndicat des travailleurs en télécommunications et de la section locale 1944 du Syndicat national des métallurgistes, Lee Riggs.

« Dans le reste du pays, tous les travailleurs de Shaw Communications reçoivent un minimum de six mois de salaire, ainsi qu'un mois supplémentaire pour chaque année de service », précise-t-il.

Or, les modalités de départ des employés de Windsor avaient été approuvées par le syndicat, indique le vice-président de Shaw Communications, Chethan Lakshman, dans une déclaration envoyée par courriel.

« Les deux parties ont approuvé ces conditions, qui dépassent les exigences minimales », ajoute-t-il.

Le président du syndicat admet que ce sont bien les modalités inscrites dans la convention collective, mais il déplore que les employés de Windsor n'aient pas eu accès au même programme de départs volontaires qui a été offert dans le reste du pays.

M. Riggs soupçonne l'entreprise d'avoir annoncé les licenciements à Windsor avant les autres mises à pied pour s'assurer que les indemnités qui seraient offertes ailleurs ne soient pas disponibles pour les employés de Windsor.

Les 30 premières mises à pied ont eu lieu le 17 janvier dernier, 42 autres sont prévues pour le 21 février, et les 30 derniers travailleurs seront remerciés le 28 mars.

Plus d'articles

Commentaires