Retour

Avenir assuré pour l'usine d'assemblage de Fiat Chrysler à Windsor

L'engagement de Fiat Chrysler Automobiles envers son usine d'assemblage de Windsor est « inébranlable », a déclaré lundi le président-directeur général de l'entreprise, Sergio Marchionne, en conférence de presse au Salon de l'auto de Détroit.

Cette déclaration survient alors que des inquiétudes entourent les renégociations de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Bien qu'il ait affirmé « ne pas pouvoir imaginer à un monde sans l'ALENA », le PDG américain a dit comprendre que les États-Unis puissent se sentir lésés par l'accord actuel.

Il a notamment mentionné une proposition américaine selon laquelle les véhicules devraient être composés à 80 % de pièces américaines pour éviter de payer un tarif douanier.

Ce pourcentage pourrait peut-être être négociable, a-t-il précisé, ajoutant que ce chiffre fait partie d'une série d'initiatives de l'administration Trump visant à « réaligner » ses intérêts au sein de l'ALENA.

Une nouvelle minifourgonnette à venir

M. Marchionne a également offert quelques pistes quant au nouveau modèle que prépare Fiat Chrysler, soulignant que l'entreprise doit encore trouver un remplaçant pour la Dodge Caravan dans les deux ans à venir.

« Le remplacement de la Caravan sera un véhicule semblable. J'ai besoin d'une autre minifourgonnette qui sera en harmonie avec le design de la Pacifica », a-t-il précisé.

Il a assuré que « la plateforme qui a été installée à Windsor pour construire la Pacifica est de classe mondiale ».

« Je pense qu'il est possible d'en tirer avantage au-delà de son utilisation actuelle, mais pour le moment, nous attendons le plan », a indiqué M. Marchionne.