Elle est de retour, la nervosité de la période des déclarations annuelles de revenus. Comme tout autre contribuable canadien, j'ai hâte de savoir si j'ai donné ma juste part au pays et à la province en 2017. Je voudrais aussi connaître l'incidence concrète que les récentes modifications fiscales auront sur ma déclaration. Je me demande par ailleurs si j'ai choisi la bonne façon pour m'éviter de payer des montants inattendus. J'ai fait le tour de ces préoccupations avec Johan Girard, une porte-parole des professionnels de l'impôt H&R Block.

Un texte de Jean-Marie Yambayamba

Après la fin-février, chaque année, l'activité est débordante aux bureaux de l'entreprise américaine H&R Block, répandus un peu partout au Canada. Des milliers de clients affluent, généralement sur rendez-vous, mais parfois à l'improviste, pour une entrevue, pour remettre des documents ou pour donner les informations complémentaires. « Les clients sont différents l'un de l'autre. Ils n'ont pas tous la même situation. Une déclaration peut prendre 30 minutes, sinon davantage », indique Johan Girard.

Si certains contribuables préparent eux-mêmes leurs déclarations, d'autres préfèrent recourir aux professionnels de l'impôt, par manque de temps, mais surtout en raison de la complexité de l'exercice et des changements fréquents dans les formulaires. « Les bureaux ont de l'expérience en matière d'impôt. Les employés ont beaucoup de connaissances, ils suivent des cours, ils se mettent à jour, ils regardent les nouveautés et les modifications qu'il y a eu. C'est quand même complexe, l'impôt! Il y a beaucoup de choses, beaucoup de lignes, beaucoup de situations, beaucoup de particularités. Il faut être à l'affût de tout ça! », explique Mme Girard.

Évolution continuelle

Les déclarations d'impôt continuent par ailleurs d'évoluer, et ce n'est malheureusement pas dans le sens de la simplification, ajoute la spécialiste. Le rôle du service postal diminue et Internet prend de plus en plus de place. C'est souvent en ligne que les contribuables doivent chercher leurs feuillets, au risque d'oublier parfois que ces feuillets sont là et de dire s'ils ont reçu, par exemple, de l'assurance emploi, ou s'ils ont payé des intérêts sur des prêts étudiants.

Des logiciels de déclaration de revenus se multiplient, promettant souvent des remboursements rapides ou tous les crédits possibles. Mais ces outils ne signifient pas nécessairement que la tâche devient facile, assure Johan Girard. « Juste une erreur, ça peut coûter des milliers de dollars. Oui, il y a des logiciels qui sont bons, mais il y en a d'autres qui sont moins bons. Il faut que les gens soient avisés. »

L'Agence du revenu du Canada offre aussi maintenant la possibilité de présenter sa déclaration annuelle par téléphone automatisé. Le service « Produire ma déclaration » s'adresse aux Canadiens à faible revenu ou ceux dont le revenu ne change pas d'une année à l'autre. Les personnes admissibles ont dû recevoir à la mi-février une invitation personnalisée. Elles doivent fournir certains renseignements personnels et répondre à une série de questions brèves en faisant leur déclaration.

Pas infaillibles

Les rapports des professionnels d'impôt ne sont pas non plus infaillibles. Pour Mme Girard, c'est souvent en raison des changements non remarqués ou des omissions des clients. Certains oublient de signaler des gains et autres revenus qu'ils ont reçus, par exemple, pour des biens possédés à l'étranger, pour la vente d'une résidence principale ou pour l'assurance-emploi. « S'ils ne le font pas, eh bien, il y a des amendes, il y a des pénalités. Ça coûte très cher. Ça va vite. L'impôt, c'est une boîte à surprises. Les gens qui ne sont pas au courant et qui font la déclaration par eux-mêmes, sans penser aux conséquences que cela peut avoir, eh bien, à un moment donné, ils vont faire le saut. »

Comme contribuables, nous avons jusqu'au 30 avril 2018 pour envoyer nos déclarations sans pénalité éventuelle. Je l'ai fait pour ma part... pour une énième fois. En attendant la vérification de l'Agence du revenu, j’entends encore résonner en moi les mots qui ont conclu mon entretien avec la porte-parole de H&R Block : « Dommage que vous ne soyez pas plus près. Je vous aurais dit : je vais vous les vérifier vos déclarations d'impôts! » Ces mots me laissent avec une appréhension de surprise possible!