Retour

Baisse de la note de crédit du Manitoba pour une 2e année consécutive

L'agence de notation S&P Global a décidé d'abaisser la cote de crédit du Manitoba, qui passe de AA- à A+.

Il s’agit de la deuxième réduction de la note de crédit de la province en un peu plus d'un an par cette agence.

Dans un rapport publié sur son site Internet, S&P Global souligne que la dette provinciale va continuer d'augmenter au cours des deux prochaines années. Selon l'agence, la dette du Manitoba, incluant celle d’Hydro Manitoba, va dépasser 300 % de ses recettes d'ici 2020, soit un niveau bien au-dessus des autres provinces canadiennes.

La firme prédit que le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister ne pourra pas empêcher de nouveaux déficits, malgré ses efforts de réduction des coûts.

« Le gouvernement actuel, au pouvoir depuis un peu plus d'un an, a fixé un objectif de sept ans pour le retour vers l’équilibre, principalement grâce à la restructuration des coûts de base. Même si ces mesures augurent bien pour améliorer les performances budgétaires à moyen terme, elles n’empêcheront pas le gouvernement d’enregistrer de larges déficits au cours des deux prochaines années, à notre avis », indique le rapport.

La baisse de la cote de crédit signifie que le Manitoba devra payer plus cher pour financer sa dette.

« Évidemment, il y aura un coût en dollars et en cents, commente le ministre provincial des Finances Cameron Friesen. Nous continuons de calculer ce que cela signifie exactement. Nous savons tous que nous avons des besoins d’emprunts très importants cette année. » Au total, les emprunts projetés de la province pour cet exercice financier sont estimés à 6,7 milliards de dollars.

Le ministre Friesen reproche au gouvernement néo-démocrate précédent d’avoir laissé la situation hors de contrôle.

Pour sa part, le député de l’opposition officielle néo-démocrate Andrew Swan soutient que les efforts des progressistes-conservateurs pour réduire les coûts n'apaisent visiblement pas les agences de notation de crédit.

Plus d'articles

Commentaires