Retour

Baisse historique du nombre d'assistés sociaux au Québec

Le nombre de Québécois qui reçoivent de l'aide sociale n'a jamais été aussi bas, selon les dernières données du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS).

Un texte de René Saint-Louis

Dans son dernier rapport statistique sur la clientèle des programmes d'assistance sociale, le ministère mentionne que 416 173 personnes vivent de l'aide sociale dans la province. Ce chiffre représente 6,1 % de la population de moins de 65 ans.

Québec compile ces statistiques depuis 1975 et jamais le nombre de prestataires et le taux d'assistance sociale n'ont été aussi bas. Le ministère estime même qu'il s'agit d'un creux historique depuis la création du programme en 1969.

Le porte-parole du ministère du MTESS, Antoine Lavoie, souligne qu'en termes de nombre de bénéficiaires la baisse peut sembler minime. Le nombre de bénéficiaires est passé de 435 000 en 1975 à un peu plus de 416 000 aujourd'hui, avec un sommet de 801 344 bénéficiaires atteint lors de la crise économique de 1996.

Selon lui, il faut davantage regarder le taux d'assistance sociale qui prend en compte l'augmentation de la population du Québec. Ce taux était de 7,1 % en 1975. Il a atteint un sommet en 1996 à 12,6 %. Et il est maintenant à 6,1 %, le plus bas de l'histoire.

Même tendance à Montréal

La tendance à la baisse s'observe dans toutes les régions du Québec, mais l'île de Montréal est la deuxième région où le taux d'assistance sociale demeure le plus élevé, à 8,1 %. Seule la Mauricie en a un plus haut, soit 9,4%.

Le nombre de bénéficiaires est cependant aussi en forte baisse sur l'île. Il n'a en fait jamais été aussi bas depuis que les données sont comptabilisées pour chaque région administrative.

Sur l'île de Montréal, le taux d'assistance avait atteint un sommet en 1995, à 17,8 %, avant de redescendre à son niveau actuel.

Pourquoi cette baisse ?

La principale raison est la diminution du taux de chômage qui est lui aussi à un creux historique au Québec, soit 6 %.

Toutefois, selon le porte-parole du MTESS, Antoine Lavoie, le vieillissement de la population a aussi fait baisser le nombre de prestataires.

En d'autres mots, à l'âge de 65 ans les gens quittent l'aide sociale, car ils reçoivent la pension de la sécurité de la vieillesse, le supplément de revenu garanti, ainsi qu'une rente de retraite de la Régie des rentes du Québec s'ils ont travaillé.

Plus d'articles

Commentaires