Retour

Baisser les impôts des PME favorise-t-il la création d'emplois, comme le dit Mulcair? L'épreuve des faits

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, promet de baisser les impôts des petites et moyennes entreprises (PME) parce qu'elles créent, selon lui, la vaste majorité des emplois au pays. A-t-il raison? Et dans quelle proportion?

Un texte d'Olivier Bachand

Vérification faite : Thomas Mulcair a raison. Selon Industrie Canada, les PME ont créé près de 90 % des nouveaux emplois dans le secteur privé au pays, de 2002 à 2012.

Pour voir la répartition sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Une baisse d'impôts importante?

Le chef néo-démocrate propose d'ailleurs de réduire leur taux d'imposition de 11 % à 9 % s'il est porté au pouvoir. Les conservateurs de Stephen Harper ont fait la même promesse, contenue dans le budget 2015-2016.

Le Canada compte environ 1,18 million d'entreprises de ce type, c'est-à-dire des entreprises qui emploient moins de 500 personnes.

Selon le « simulateur fiscal » du site web du Directeur parlementaire du budget, une baisse de deux points de leurs impôts retrancherait plus de 1,2 milliard de dollars à leur fardeau fiscal.

En moyenne, chaque entreprise épargnerait donc un peu plus de 1000 $ par année.

Est-ce suffisant pour créer de l'emploi?

Selon le professeur d'économie Marc Duhamel, membre de l'Institut de recherche sur les PME de l'Université du Québec à Trois-Rivières, aucune étude récente ne montre de lien de cause à effet probant entre une baisse d'impôts et la création d'emplois au sein des PME.

Cependant, un sondage mené l'an dernier auprès des membres de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante indique que la taxation est leur principale préoccupation.

Ces derniers croient toutefois que les taxes sur la masse salariale, comme les cotisations à l'assurance-emploi, nuisent plus à leur croissance que les impôts.

Plus d'articles

Commentaires