Retour

Bisbille autour des permis d'observation des mammifères marins à Tadoussac

Des commerçants de Tadoussac dénoncent la façon dont des permis d'observation des mammifères marins ont été accordés à Croisières AML dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

En janvier, la compagnie a obtenu cinq permis supplémentaires pour offrir des excursions en mer aux visiteurs qui souhaitent voir des baleines.

Ces permis sont devenus disponibles l'an dernier, après que la compagnie locale qui les possédait, Otis Excursions, ait cessé ses activités maritimes. Des gens d'affaires de Tadoussac estiment que les permis auraient dû être offerts au public.

Le transfert de permis directement, sans appel d'offres, ça s'est fait de façon un peu cavalière

Paulin Hovington, président sortant de l'Association des gens d'affaires de Tadoussac

Des citoyens seraient intéressés à lancer leur propre compagnie de croisières, mais le parc marin n'accorde plus de nouveaux permis.

Parcs Canada explique

Les gestionnaires du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent affirment qu'ils n'auraient pas remis les permis en circulation s'il n'y avait pas eu de transaction entre les compagnies.

Parcs Canada tente de réduire graduellement le nombre d'embarcations dans le secteur de Tadoussac pour mieux protéger les baleines, en particulier le béluga, une espèce en péril.

Vers un monopole?

Croisières AML a acheté plusieurs concurrents au fil du temps et possède 28 des 53 permis d'observation des mammifères marins à Tadoussac. Huit entreprises se partagent les autres.

L'absence de compétition, ce n'est pas sain

Paulin Hovington, propriétaire d'auberges à Tadoussac

Les commerçants touchent des commissions de Croisières AML et des autres compagnies lorsqu'ils vendent des billets pour leurs excursions.

Ils ont peur de perdre leur pouvoir de négociation avec ces entreprises. « Actuellement, on risque d'être pris en souricière », affirme M. Hovington.

Syndicat des marins

Les capitaines des zodiacs utilisés pour les excursions aux baleines demandent aussi aux gestionnaires du parc marin de changer leur façon de faire.

Comment le parc marin peut, sans appel d'offres ou quoi que ce soit, envoyer ces permis-là, donner ces permis-là à quelqu'un d'autre?

Patrice Caron, vice-président exécutif, Syndicat international des marins canadiens

Le Syndicat a envoyé une lettre aux ministres de l'Environnement du Québec et du Canada pour leur demander de revoir la façon dont les permis sont transférés.

Plus d'articles