Retour

Bois d'oeuvre : déception pour le N.-B. dans sa lutte contre les tarifs douaniers américains

Le gouverneur de l'État du du Maine, Paul LePage, n'a pas abordé les préoccupations du Nouveau-Brunswick concernant le bois d'oeuvre lors d'une réunion avec le président Donald Trump, cette semaine.

Les deux élus se sont rencontrés à la Maison-Blanche, mercredi. Selon le gouvernement du Nouveau-Brunswick. M. LePage devait plaider la cause de la province qui espère être exemptée des nouveaux tarifs douaniers imposés sur le bois d’oeuvre canadien exporté aux États-Unis.

Le directeur des communications du bureau de Paul LePage, Peter Steele, dit toutefois que la question du bois d’oeuvre n’a pas été abordée durant la réunion. Il souligne que la question est très importante pour le gouverneur, mais que ce dernier n’a pas eu l’occasion d’en parler à Washington.

Le Nouveau-Brunswick lutte pour être exempté des tarifs douaniers comme il l’a été dans le passé.

Selon le département américain du Commerce, le volume de bois récolté sur les terres de la Couronne au Nouveau-Brunswick a atteint un point où il doit être considéré comme étant subventionné.

Les États-Unis ont imposé en avril des tarifs compensateurs de 19 % sur toutes les importations de bois-d’oeuvre du Nouveau-Brunswick, sauf celles de la forestière J. D. Irving. Pour cette dernière, les droit sont de 3 % parce qu’elle a convaincu les autorités américaines d’examiner son cas particulier.

Les États-Unis ont annoncé cette semaine des droits antidumping supplémentaires de 6,87 %.

Dans les deux cas, il s’agit de droits préliminaires que les États-Unis imposent jusqu’à ce qu’ils prennent une décision définitive, plus tard cet été.

Aucun de ces droits n’est imposé aux autres provinces de l’Atlantique.

D'après un reportage de Jacques Poitras, CBC

Plus d'articles

Commentaires