Retour

Bois d’oeuvre : le marché américain demeure critique pour la C.-B., dit un groupe

Malgré les appels du pied de la province invitant à lorgner d'autres marchés étrangers, le Conseil britanno-colombien de l'industrie forestière martèle que les États-Unis sont essentiels au Canada dans le secteur du bois d'oeuvre.

Frustrations et craintes continuent de grimper dans le secteur forestier en Colombie-Britannique tandis que les négociations sur le bois d’oeuvre avec Washington semblent au point mort.

L’accord canado-américain a expiré depuis 18 mois et les discussions ont été entravées par des allégations selon lesquelles les importations en provenance du Canada desservent les producteurs américains.

Depuis quelques mois, la première ministre Christy Clark suggère que certains marchés en développement à l’étranger, dont l’Inde, pourraient temporiser la situation en cas d’échec des négociations avec les États-Unis. Mais selon Susan Yurkovich, présidente du Conseil britanno-colombien de l’industrie forestière, la Colombie-Britannique ne peut pas se passer aussi facilement des Américains.

« Les États-Unis demeurent, de loin, notre marché le plus important. Parvenir à un accord avec eux demeure critique pour notre industrie », a-t-elle commenté au micro de CBC jeudi.

La Chine et l’Inde dans la ligne de mire

Plus tôt cette année, le gouvernement provincial a annoncé le plus gros envoi de bois d’oeuvre à destination de l’Inde de toute l’histoire de la Colombie-Britannique. Une enveloppe de cinq millions de dollars a également été mise sur la table afin de développer cette industrie avec le marché indien.

« Nous commençons à explorer les possibilités avec l’Inde, reconnaît Susan Yurkovich, mais cela va demander beaucoup d’ajustements. C’est différent de la Chine, les produits utilisés ne sont pas les mêmes, les exigences non plus ni la logistique du point de vue des transports », prévient-elle.

Susan Yurkovich espère, en outre, que la Chine restera un partenaire stable malgré l’échec du partenariat transpacifique mort-né.

Plus d'articles

Commentaires